Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory

Résidence de Hersent
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les âges charnières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Les âges charnières   Jeu 30 Mar - 23:56

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
Je souris.

Vous êtes presque à la fin de cette première année! Nous allons voir le dernier cours de cette session. Je sais que bon nombre de mes confrères sont en retard dans leurs cours. Pas nous, vous serez donc heureux de savoir qu'après ce cours, vous serez ENFIN libérés Smile

Cette semaine, nous allons voir les âges charnières dans la vie des femmes et des hommes à notre époque.

La vie d'une femme se divise en trois périodes
- L'enfance (de la naissance à 7 ans)
- La jeunesse ( de 7 à 14 ans), La majorité est à 12 ans.
- La vie de femme ( de 14 à 28 ans)
- Au delà, la femme entre dans la vieillesse.

La vie d'un homme se divise également en trois périodes, mais vous allez voir que les âges diffèrents.
- L'enfance (de la naissance à 7 ans)
- La jeunesse ( de 7 à 14 ans ) La majorité est à 14 ans
- La vie d'homme (se 14 à 50 ans)
- Au delà, l'homme entre dans la vieillesse.

Avez vous des enfants dans votre entourage? Connaissez vous des gens âgés?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Sam 1 Avr - 19:19

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
A l'extérieur, le ciel est couvert. Il ne pleut pas encore mais la terre dégage cette douce odeur d'humidité. Un regard vers les jardins, puis retour a mes étudiants et au cours

Lorsque l'enfant marche, filles et garçons portent une longue chemise fendue, bleue, verte ou rayée chez les paysans comme chez les nobles.

C'est donc, comme nous l'avons vu vers 2 ou 3 ans que l'enfant est sevré.
Epoque délicate et cruciale.
C'est souvent à ce moment que les enfants meurent
hrp:
 

C'est vers 3 ans que l'enfant commence à marcher, à parler, à courrir...
hrp:
 

En ville, les enfants de familles aisées bénéficient d'un confort bien supérieur à ceux qui vivent dans les châteaux, peu meublés et très mal chauffés, aux murs de pierre bien moins agréables que les salles à pans de bois plâtré des maisons urbaines.

Les enfants des riches citadins ont leur propre chambre, située dans un lieu aéré et abrité de la maison, meublée d'un mobilier adapté à leur âge et à leur petite taille : chaises miniatures, petites tables et tabourets bas, berceaux de types divers, déambulateurs (youpalas, alors appelés "chariotes à enfants").



hrp:
 

Alors que les ruraux ne possèdent presque jamais de berceaux pour leurs bébés, en ville un simple artisan n'hésite pas à en faire l'acquisition.
Seuls les pauvres ne bénéficient pas d'un tel confort : les nouveau-nés dorment dans un couffin d'osier, dans le lit conjugal ou dans un hamac accroché au-dessus.
Les enfants disposent aussi d'une vaisselle appropriée : biberons de terre cuite ou d'étain, minuscules poêlons à bouillie, petites cuillers.
On leur réserve des vêtements spécifiques, quoique asexués jusqu'à l'âge de 2 ou 3 ans.

L'âge de 5 ans est considéré comme un âge de pré-raison.
Les parents estiment que c'est le moment de commencer l'éducation de leurs enfants, même s'ils ne vont pas encore à l'école et n'ont pas encore atteint l'âge de raison.
Le père est proche de ses enfants. Il a, prioritairement, la responsabilité de les élever et de les protéger, de les former à la vie noble ou de les initier aux travaux agricoles ou artisanaux. Filles et garçons l'accompagnent aux champs, aux vendanges ou au marché pour vendre les produits de la terre



L'âge de 5 ans est aussi et surtout considéré comme l'âge du jeu.
Les enfants de moins de 7 ans ne pensent qu'à "jouer et s'amuser", c'est pourquoi, même s'ils sont laissés libres de s'ébattre dans la rue, où ils ne manquent pas de commettre des bêtises, voire des vols, les parents doivent encore les surveiller.
"On se doit de toujours protéger son enfant contre le feu et l'eau jusqu'à ce qu'il ait passé sept ans."  



Les jouets ne manquent pas.
Mais ils diffèrent en qualité selon les milieux sociaux.

Aux riches et aux enfants de l'aristocratie, les soldats de plomb, les canons en miniature, les échecs, les dînettes d'étain, les poupées sculptées parées de beaux habits.

Aux pauvres, les poupées de chiffon et de paille, les jouets fabriqués de bric et de broc : objets modelés dans l'argile, petits cailloux, noix en guise de billes, osselets récupérés dans les déchets alimentaires, cerceaux en cercles de tonneau, pots de terre en guise de ballons, balais transformés en cheval-bâton…

Aux enfants des villes et des châteaux, les spectacles de marionnettes.

Aux enfants des campagnes, les jeux dans la nature et la participation aux fêtes et aux danses paysannes. Pour tous, les jeux saisonniers : bulles de savon en été, boules de neige en hiver...

Jeux et jouets ont souvent pour mission d'initier les enfants à leurs rôles sociaux ultérieurs.



Les petits paysans tirent des charrettes en miniature dans la cour de la ferme, les enfants des ports jouent avec des bateaux de bois dans les rigoles de la ville, les enfants des châteaux jouent à la guerre et font des châteaux de sable…

On ne voit guère de filles jouer aux petits soldats ou chevaucher un balai ; mais les garçons comme les filles ont des poupées et des dînettes (le métier de cuisinier est, en milieu aristocratique et en ville, un modèle de profession masculine).

On offre aussi des jouets aux petits malades, pour les distraire et les consoler.
À côté des jouets de fortune, objets domestiques détournés ou substituts trouvés dans la nature, il existe de véritables produits fabriqués : certains sont façonnés à temps perdu par les parents, d'autres font l'objet d'un achat, voire d'une fabrication en nombre (sifflets, grelots).



Sauriez vous reconnaitre ces jouets?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Dim 2 Avr - 13:02

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
Bon ok... Mon poisson d'avril a fait PLOUF!! Laughing
Pas de panique, pas de cris... Même pas drôle!
Tant pis, elles n'ont pas vu ce que je leur ai accroché derrière le dos... Pas très professionnel, mais tellement amusant.
Une nouvelle mode de lancée peut être Twisted Evil



Je souris.

Donc il y a
1 - Un cheval en bronze
2 - Une cuillère
3 - Un hochet
4 - Une timballe (mais qui effectivement ressemble a un appeau)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Dim 2 Avr - 13:03

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
Le soleil brille, les oiseaux gazouillent, pas de doute, le printemps est là, mais si l'air est encore un peu frais.
J'entre dans la salle de cours saluant mes étudiants avant d'entrer rapidement dans le cours

... A 7 ans, les filles et les garçons suivent des voies différentes.


Chez les paysans, les filles et les garçons aident aux corvées, assistent leurs parents. Les garçons dans les rudes travaux des champs, les filles aux travaux domestiques



Il faut dès cet âge séparer les filles des garçons et veiller à ce qu'ils ne dorment plus dans le même lit…  



Chez les nobles, les filles apprennent à filer la quenouille, à broder, à tisser des rubans.
C'est aussi l'âge où elles peuvent être offerte à un monastère ou fiancée.
Au monastère, les jeunes filles apprennent la lecture, l'écriture, les travaux d'aiguilles.
Parfois même le latin, les sciences et un peu de médecine.



Les garçons partent de chez eux à l'âge de 7 ans afin de se former au métier de chevalier.
Il est souvent confié à un ami de la famille. Un lien se tisse, comme avec un oncle!



Vers 10 ans il devient page. Il s'occupe des chevaux, prépare les habits de son oncle et il l'aide à se vêtir, il apprend le métier des armes et l'équitation.



A 14 ans, il peut rejoindre les chevaliers et aller à la guerre.
On le nomme écuyer d'un autre chevalier en attendant de devenir à son tour chevalier.



Il devient chevalier en général vers l'âge de 21 ans. Il est adoubé et reçoit armure, cheval ect...




Les filles sont plus instruites que les garçons, qui eux sont très vite formés aux métiers de la guerre.



Dans l'univers violent, agressif, essentiellement viril des châteaux, elle ne compte guère. Son sort est lié à la terre, seule garantie du pouvoir. Ainsi est-elle une monnaie d'échange pour les seigneurs qui désirent accroître leurs biens et assurer une descendance.
Les fillettes sont promises parfois dès leur naissance à des hommes souvent bien plus âgées qu'elles. Leur rôle est pourtant non négligeable puisqu'en l'absence de leur époux qui, lorsqu'il n'est pas en guerre, s'adonne à la chasse, c'est à elles de gérer et d'administrer leurs biens.

Chez les paysans, la fillette reste auprès de sa mère et vaque au ménage, au tissage et à la garde des animaux.
Les enfants grandissent souvent dans de grande fratrie. On leur éduque l'amour de la chasteté, l'humilité et la soumission.

Les garçons travaillent aux champs, ils labourent, font les semailles. Le travail est pénible et rares sont ceux qui dépassent 40 ans.

Chez les bourgeois, les femmes jouissent d'un assez grande liberté. Majeures à douze ans, elles sont libres de gérer leurs biens, de se marier,et bien des métiers leur sont accessibles.

Les garçons apprennent le métier de leur père. Ils travaillent et aident à l'échoppe familiale.
Certains trouvent à entrer en apprentissage chez d'autres artisans.



Quelqu'uns s'orientent vers la médecine ou l'église.



Je vous ai dis que certaines fillettes étaient confiées au bon soin de la sainte église.
Pour certaines, ce n'est qu'un passage necessaire à l'apprentissage des bonnes manières.
Pour d'autres, c'est le début d'une longue vie monacale.



Il faut une dot pour entrer au couvent. c'est donc réservé aux jeunes filles nobles.
Certaines y entrent par vocation, d'autres pour échapper au mariage arrangé, s'assurer une vie sure et confortable et accèder à la culture.



La jeune fille doit se dépouiller de tous ses biens et suivrent les règles strictes du couvent.
On peut aussi y être reçu quand on devient veuve ou quand notre époux est absent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Lun 3 Avr - 18:36

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:


J'écoutais Fathia.

Je comprends, c'est bien trop jeune. Et si les filles sont fiancées vers 7 ans, c'est avant tout l'affaire des parents qui "'s'enganent" pour des affaires de dots et d'argent.
Le mariage ne peut se faire avant que fillette ne devienne femme (les premières regles) et bien souvent l'église désaprouve une union célébrée avant les 14 ans de la fillette. Les grossesses étant très dangereuses.


Un tour sur la salle avant de reprendre le cours

Les paysannes, elles sont très accaparées par leurs travaux, mais elles ont aussi plus d'occasions de s'amuser et plus libre d'aimer.


Elles discutent à la fontaine ou au moulin.
Elles se retrouvent aux veillées avec leurs quenouilles pour bavarder, ou en famille au coin du feu.
Les fêtes s'égrainent au fil du calendrier, comme en mai où les hommes du village ont le droit de faire la cour à l'élue de leur coeur.
Il y a des danses, des reines sont élues

Les nobles, elles participent aux banquets, où elles dansent , écoutent les ménestrels et les conteurs, regardent les jongleurs.
La jeunesse joue à des jeux de société, comme les échecs, les jonchets (sorte de mikado) les jeux de cartes, le jeu de paumes, mais également la chasse au faucon ou à l'épervier.

Les jeunes seigneurs eux, se divertissent également de joutes et de tournois offrant le spectacle aux gentes dames. Les femmes y sont d'ailleurs à l'honneur.

Nobles comme paysans, assistent au spectacle de rues.
Montreurs d'ours, acrobates, jongleurs, bateleurs, musiciens et conteurs.
On peut aussi regarder de petits spectacles appelés histoires ou mystères près des églises.
Musique, chant et lecture à voix hautes sont très appréciés.


Un regard vers l'extérieur avant de continuer

Voilà pour la partie agréable dirons nous...
La guerre, les épidémies, la famine, apportent son lot de victimes et de nombreuses femmes se retrouvent veuves jeunes, avec des enfants en bas âge.
Ce qui les poussent souvent à un remariage. ET ca, ce n'est pas vraiment du goût de toutes.
Un mariage arrangé, alors deux imaginez...
Sans compter, celles qui bien qu'extrèmement rare étaient amoureuse de leur défunt époux.
Celles qui ont appris à les aimer et a qui l'on demande de se reprendre rapidement afin de conclure une nouvelle alliance dans l'intérêt de leurs terres, de leurs enfants, de leur famille...

Car oui, chez les nobles, il faut défendre le domaine et conclure de nouvelles alliances.

En bref, il est tès difficile de rester veuve.
Une veuve qui ne se remarie pas est d'ailleurs regardée sévèrement.
Il faut être sage, porter des vêtements noirs et simples, aller souvent à l'office et prier pour le salut de son défunt époux et surtout, se remarier!
Certaines femmes sont d'ailleurs enlevées et remariées de force, surtout si elles sont jeunes et riches!
Vous comprendrez mieux pourquoi certaines préfèrent se retirer au couvent afin d'y vivre une fin de vie plus paisible.



Il faut profiter de la jeunesse!!
Car je ne vous apprendrais rien, les hommes aiment les jolies femmes.
Et à 60 ans passés, une femme est laide et est considérée comme une sorcière!!
L'âge de la mortalité est fixé par l'église entre 30 et 40 ans pour les femmes et
entre 40 et 50 ans pour les hommes. Donc si vous dépassez cet âge... C'est sans doute qu'un démon vous aide Twisted Evil
Vous êtes donc très vite considérée comme une sorcière.

Dépasser cet âge, et l'église vous attribue un rôle maléfique!!



Et cependant, certaines femmes dépassent les 60, 70 et même 80 ans. Certain(e)s ont peut être déjà croisé des personnes vraiment très âgées. Même si elles ne sont pas légions.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Mar 4 Avr - 17:56

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
Il commencait à faire chaud. J'avais très envie d'ouvrir une fenêtre mais l'air était encore frais de si bon matin? Et l'adage disait bien "En avril, ne te découvre pas d'un fil..."

Je repris donc le cours en souriant... bravement

Mais le rôle principal de la femme (pour l'homme) est le mariage et la maternité

Le mariage est arrangé par les parents, dans toutes les classes sociales.

Chez les nobles, le mariage sert a renforcer les alliances, d'agrandir les terres et les richesses. Cela donne lieu a des négociations, parfois même à la naissance de l'enfant.

Une femme se marie en général en 13 et 16 ans, un homme entre 20 et 30 ans...
Les mariages sont souvent courts et les remariages fréquents.



L'épouse peut être répudiée si elle ne donne pas d'héritier.
Car on estime que la stérilité est le résultat des péchés commis pendant la vie de la femme, genre l’infidélité, ou le manque de piété. Du coup, le seul moyen d’avoir des chances d’avoir un enfant, c’est de prier, de jeûner, et d’être abstinent (oui, c’est complètement idiot). Enfin, il faut aussi manger des plats à base d’organes d’animaux, s’entourer de talismans, prendre des bains, ou encore se frotter contre un menhir. (coyances incroyables je sais^^)



L'épouse apporte une dot, le mari lui en constitue une. (biens, terres, domaines...)
Cet argent est "la survie" de l'épousée en cas de veuvage.

Les paysans doivent économiser pour constituer la dot de leur fille terres, animaux...) Il faut également prévoir le trousseau.

Ce sont les parentes, amies, voisines qui donnent un cours d'éducation sexuel, juste avant la nuit de noces. La jeune mariée est ainsi prête à remplir son devoir d'épouse et de mère!

La femme devient le centre des attentions dès son ventre bien plein. Eh oui, c’est l’avenir de la famille. Pourvu que ce soit un garçon !



Dès ce moment, le couple doit arrêter toute forme de sexualité.
La femme doit manger en petite quantité et boire avec modération.

La poire, le gingembre, le cardamome ou encore la noix de muscade sont conseillés pendant la grossesse ! Il est dit que boire un peu de vin rouge, gober des œufs ou manger des coings fortifient le ventre.
En revanche, il est déconseillé de pas manger, les olives pas mures, les fèves, le sésame et enfin, la menthe sauvage (qui excite).

Elle ne doit pas consommer de sel, sinon son enfant risque d’être chauve et sans ongles… (les croyances…) en revanche, elle doit assouvir chacune de ses envies, et le mari est là pour l’aider.
La future mère doit porter des vêtements amples, sans ceinture, pour ne pas empêcher le fœtus de grandir.

Pour ne pas enrouler le cordon autour du cou de l’enfant ou engendrer des monstres (enfant sans yeux ni bouche, enfant à deux tête, enfant à quatre jambes) , la future mère doit s’entourer d’amulettes, se protéger du soleil, éviter de croiser les mains ou encore éviter d’éternuer (c’est tellement évident).

Malheureusement, les femmes qui vivent à la campagne ne cessent de travailler leurs terres jusqu’au terme de la grossesse, et bien souvent, elles souffrent de coups de leur époux et risque d’accoucher prématurément.

Quand soudain, vint le jour-J. Le mari, les amies, la famille, et les matrones du coin sont là pour assister la femme. Elles font du feu dans la cheminée, font chauffer de l’eau et cuisinent un bouillon pour l’accouchée. Tout est très ritualisé. Il ne faut rien louper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Mar 4 Avr - 17:58

Manon_ a écrit:
Elle s'arrête sur la dernière phrase énoncée.

Le mari aussi? Vous êtes certaine? Enfin... sans vouloir remettre en doute vos propos Professeur... mais depuis que je suis enfant, j'ai toujours vu les hommes se tenir loin des accouchements en attendant à l'extérieur parce que l'enfantement est affaire de femmes, dit on.

Y aurait il enfin un minimum de progrès dans ce monde de macho? Affaire à suivre.

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
Je souris

C'est ce que préconisent les matrones... Mais d'un point de vue supersticieux, il est vrai qu'il faut que les hommes sortent de la pièce. Pour ma part, j'ai voulu mon époux à mes côtés. D'une part car ce sont aussi ses enfants... Et d'autres part, qu'il se rende compte de la douleur endurée pour mettre au monde ses héritiers  Wink

Mais c'est vrai, il y a tout un tas de supersticions liées à une naissance.

- Tous les noeuds du domaine (maison, chateau, étables, écuries...) doivent être déliés afin d'éviter que l'enfant ne s'étouffe avec le cordon ombilical.

- Les hommes doivent être absents de la pièce.

- On noue une ceinture de ste margueritte, louée ou empruntée à l'église.

- On doit tenir un petit corail ou un diamant dans sa main lors des contractions

- On brule le placenta pour ne pas attirer le Malin et on conserve le cordon pour quelques potions de beauté.

Voici quelques exemples un peu farfelu à mon sens... mais bon dans le doute hein... Il vaut mieux s'y tenir.

Mais je sais de source sure  Laughing  Que vous êtes ventrière, vous savez donc comment se déroule un accouchement. Pour ma part, le désir de la future mère prime sur toutes les convenances ou croyances apprises ici ou là


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2190
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les âges charnières   Mer 5 Avr - 15:05

Isaiis Lacourt d'Asceline a écrit:
Oh Embarassed  Je suis désolée!
Non non, ayant fréquentée les memes bancs en édecine j'ai cru que vous aviez vous aussi suivi le cursus de ventrière. Smile


Je souris

Nous voici donc au dernier chapitre de cette session de maintien. J'espère que cela vous aura plus jusqu'au bout.


L'accouchement est dangereux, les matrones ou ventrières s'occupent de la future mère.



Quand soudain, vint le jour-J. Le mari, les amies, la famille, et les matrones du coin sont là pour assister la femme. Elles font du feu dans la cheminée, font chauffer de l’eau et cuisinent un bouillon pour l’accouchée. Tout est très ritualisé. Il ne faut rien louper.

La femme est en position assise, à genoux ou debout. Si tout se passe bien c’est parfait.
En revanche, en cas de problème grave, comme l’accouchement de jumeaux, ou un accouchement long et douloureux, la césarienne n’est autorisée que sur les femmes mortes en couches.

[Super pratique. Bon les gars, maintenant qu’elle est morte, on va tenter d’sauver l »mioche !]

Et, des femmes mortes en couches, ou juste après de la fièvre puerpérale (lorsque le placenta n’est pas totalement expulsé, que ça s’infecte, et bim, septicémie mortelle), il y en a beaucoup.

Généralement, les femmes reprennent le travail six semaines après l’accouchement, parfois plus tôt pour les paysannes qui ne peuvent laisser le mari tout gérer tout seul. Par contre, la femme est impure durant 40 jours, alors avant ça, il lui est interdit d’aller à l’église. Il s’agit des relevailles.
Le nouveau-né

Une fois sorti de l’utérus de sa mère, le jeune bambin reçoit une tape sur les fesses pour vérifier qu’il est bien en vie. Un bébé qui pleure est un bébé vivant. C’est plutôt une bonne chose.

La matrone va alors couper le nombril d’une longueur de 4 doigts et le noue. Il arrive, souvent, lorsque c’est un garçon qu’on décide de laisser un peu plus de 4 doigts de cordon, pour lui assurer sa virilité. L’enfant est ensuite lavé avec du vin ou de l’alcool et frotté avec du sel, du miel, ou du jaune d’œuf. Si on a rien de tout cela, c’est fait avec de la paille humide et tiède.
S’en suit un petit rituel de la part des matrones, elles vont pincer le nez de l’enfant, le crâne, les membres, les mamelons si c’est une fille pendant plusieurs heures pour assurer aux gosses de belles formes. Or, il se trouve qu’en pinçant fortement une partie du corps, on la casse. Et avec un nez pété ou un crâne aplati, les belles formes elles sont loin !

Lors du premier bain, il faut purger l’estomac, les oreilles et les narines du nouveau-né, ainsi que lui mettre un doigt dans le fondement pour « expurger les fluidités ».

Ensuite, on l’enferme dans les langes bien serrés, sinon, il peut avoir le dos ou les jambes tordus (dans leurs têtes quoi). Au plus tard trois jours après sa naissance, l’enfant doit être baptisé. On lui met du sel sur la langue et le prêtre verse de l’eau sur sa tête. Les parrains et marraines doivent choisir le prénom.

Pour plus de détails, je vous invite à suivre le cours de ventrière du professeur Leanore!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les âges charnières   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les âges charnières
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory  :: Cours de maintien Belrupt-
Sauter vers: