Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory

Résidence de Hersent
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fers & Bouillon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hersent
Admin
avatar

Messages : 2158
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Fers & Bouillon   Lun 23 Sep - 17:05

[http://forum2.lesroyaumes.com/viewtopic.php?t=692789&postdays=0&postorder=asc&start=0]

Scath_la_grande a écrit:
[Lice – après-midi : groupe II]

Résumé du duel a écrit:
__________Théodule de Cassel VS Hersent d'Ar Sparfel

T.o.C. & tocs

La Champagne et ses petites bulles.
Théodule et ses… bref.
Les positions sont prises rapidement, offensive pour la champenoise qui tente un assaut direct, mal calculé le coup vient frapper mollement la cuirasse de son adversaire, qui presque timide, ne riposte pas. Un deuxième essai pour Hersent qui cherche certainement à savoir de quel métal est fait le Cassel, qui esquive joliment et amorce une charge, un brin faiblarde, qui ne heurte que la cuirasse sans dommage.
A croire qu’ils se font des politesses, ce qui ne dure guère du côté de la Maizières qui reprend vite son habitude à ferrailler, et se départant de son élégance en lice, cogne dru, causant une navrure légère*, reprend sa position pour souffler un peu et repique, lui assénant un puissant coup qui par la bonne chance ne dommage que la protection du Cassel qui en aura pour ses frais à réhabiliter sa cuirasse.
Mais que fait le tourangeau ! Aucune riposte, rien, Théodule doit être subjugué par les beautés orientales que dégage l'Ar Sparfel.
Apparemment les sentiments ne sont point partagés, pique et repique de la champenoise, qui va bien finir par l’embrocher, vu le manque d’entrain de son adversaire, non finalement il réussit une prompte retraite et ne subit qu’une estafilade sans conséquence** serait-ce enfin le réveil du Cassel qui tente même derechef de frapper la belle… en vain, dans le vide et ce sans qu’Hersent n’ait à battre d’un cil.
Bâillement du juge qui arrête le combat, certainement lassée par le manque de combativité du concurrent mâle.

Victoire de Hersent d’Ar Sparfel


*à choix : visage, gorge, tête
**comme qu’il veut, ça ne prête aucune conséquence au jeu
Franchement… un tirage assez pourri pour Théodule, désolée.
« Cassel ne vous laissez pas avoir par le charme vénéneux de ces dames, elles vont vous bouffer tout cru. J’annonce que par quatre touches dont une semi-pleine contre une touche faiblarde, Donà Hersent d’Ar Sparfel gagne ce duel. »

[Lice, après-midi, groupe deux: Pique et coud??]

Encore une idée kelsounesque que de participer à un tournoi d'épéistes! Pourquoi avait-elle dit oui? Ah, elle s'était dit que s'exercer au combat à l'épée ne lui ferait pas de mal et la dérouillerait un peu depuis le temps qu'elle avait raccroché ses galons de Général en Chef de l'Ost de Champagne, ainsi que ceux de Capitaine Royal. Depuis plusieurs mois, elle arpentait les couloirs silencieux des ambassades et en fréquentait leurs salons feutrés et élégants.
Pour une fois qu'elle n'avait pas à trimbaler tout son équipement de jouteuse, c'est son écuyer Jehan qui était content. Il avait cependant pris grand soin de la belle rapière espagnole que l'Ar Sparfel avait récupérée lors d'une bataille. Lorsqu'elle avait appris, par Sofio, à Belrupt, que cette arme était de très belle facture et tranchante comme un rasoir effilé, elle l'avait exposée au dojo du domaine. Elle portait malgré tout avec elle son Jato, sabre de son aïeul samouraï devenu ronin avant de recouvrer son honneur: on ne se refaisait pas et il était hors de question qu'elle laissât Jato à Maizières même s'il n'était pas prévu qu'il participe au tournoi.

La saison était encore belle et la route agréable: de temps à autre, lors des pauses, elle s'exerçait au maniement de sa rapière, tiens, il faudrait qu'elle lui trouve un nom. Elle sourit, Cadix.... la Belle de Cadix, héhéhéhé, adjugé vendu!
Le domaine de Bouillon apparut et un frisson la parcourut: elle se souvenait d'une balade avec ses repentis dont feu le Roy.


-Le matin en bord de lice-

Tudieu... ça y allait les envolées lyriques des lames affûtées! Elle aperçut parmi la foule, Aimelin, qui semblait aussi à l'aise qu'elle, elle fronça les sourcils lorsqu'elle le vit mettre un foulard rouge doté d'une tête de mort: il voulait fiche la trouille à son adversaire?
Les cris de la foule étaient délirants lorsque les concurrents locaux s'avançaient en lice, arme à la main. Misère, ce serait tout sauf du macaron encore.
Elle apprit, par son écuyer, que son adversaire s'appelait Théodule de Cassel et venait de Touraine: au moins, la foule n'aurait aucun parti pris.
Elle admira les fentes, les feintes, la gestuelle impeccable des bretteurs chevronnés et se dit que c'était loin d'être gagné et qu'il y avait de fortes chances pour qu'elle se retrouve blessée, le nez dans le sable. En parlant de sable: la fiole en verre de Venise???


Jehan, as-tu pensé à prendre de nouvelles fioles en verre coloré?? N'oublie pas de m'en préparer une, on ne sait jamais et puis tu sais que j'aime bien engranger des souvenirs sablonneux.

-Ben faut y aller ma belle!-

Scath la Grande annonça son duel et l'Ar Sparfel, vêtue d'une brigandine, solide, gantée de cuir souple mais épais et coiffée d'un casque léger, s'avança en lice, La Belle de Cadix, sa rapière espagnole, en main, saluant l'arbitre puis son adversaire, se rappelant vaguement du rituel des saluts... trois étapes à respecter mais elle en oublia et se contenta de la deuxième, la lame presque contre le visage, paume vers la bouche, à hauteur de la bouche et du nez puis elle fit décrire à sa lame un mouvement pour l'amener pointée vers le sol et vers la gauche, bras tendu, pointée non loin de sa jambe, restant quelques instants ainsi avant de se mettre en garde.

Elle prit position, bien campée sur ses jambes, se rappelant des conseils précieux de son dernier compagnon-amant, toujours planter son regard dans celui de l'adversaire, ne rien voir d'autre, se laisser guider par l'instinct et anticiper les coups... le tout en étant toujours mobile. Merci, tendre Gardien, l'aventure amoureuse fut belle et douloureuse mais les souvenirs exquis.

Hersent n'attendit pas des lunes pour attaquer et se fendit pour un assaut des plus brusques: le goût des combats revenait au galop. La rapière, légère et à la longue lame, virevoltait au gré des mouvements de son poignet de gauchère. Elle tenta un coup droit, enfin gauche pour elle, une attaque simple portée directement vers son adversaire, mais elle n'y alla pas avec la vigueur nécessaire pour le mettre à mal.

Elle recula pour reprendre position, tout en opérant un arc de cercle autour du bretteur qu'elle affrontait, elle hésita entre le une-deux ou le brisé avant d'opter pour le brisé qui fut fulgurant et toucha légèrement le pauvre Théodule de Cassel à la tête. Elle rompit prestement pour éviter la riposte qui ne vint pas.

Tout en reprenant son souffle, elle observa l'homme devant elle, le troublait-elle à ce point? Non, elle troublait rarement les hommes, elle les interpellait seulement par ses traits typés inhabituels en Royaume de France.

Nom d'un artigot, il comptait bouger ou pas?? Belle de Cadix en main, l'Ar Sparfel, tel un elfe sautillant, elle repartit à l'assaut, utilisant toujours la tactique du brisé mais extérieur cette fois, visant le côté gauche de Théodule, qu'elle surprit en raison de son état de gauchère. Elle lui occasionné une belle estafilade que son oeil de médecin détecta comme anodine, même pas besoin d'un point de suture. Ahhhh, il réagit enfin et elle eut le temps, toujours grâce aux fructueux conseils de son ex tendre Gardien, d'esquiver en virevoltant sur le côté et n'entendit que le sifflement de la lame tourangelle fendre le vide.

Elle se remettait en garde lorsque l'arbitre fit cesser le combat et la déclara vainqueur: diantre, elle s'attendait à tout sauf à ça. Elle avait la chance du débutant et c'est avec le sourire qu'elle ôta son casque, des mèches, rebelles, collées par la sueur sur ses joues et son front, saluant de sa rapière le tourangeau:


Merci mille fois pour ce beau duel, Messire Théodule, ce fut un ravissement que de croiser à nouveau le fer, je pensais avoir oublié les principes de bases du bretteur mais il n'en est rien.

S'approchant de lui, elle le rassura:

L'estafilade est anodine, une lotion aseptisante, un baume au souci et il n'y paraîtra plus. Par contre, pour la navrure à la tête, heum, je vous conseille d'aller consulter un médecin, peut-être nécessitera-t-elle un ou deux points de suture. Si vous le souhaitez, je suis médecin, ma mallette me suit partout, aussi suis-je apte à vous apporter des soins médicaux.

Elle chercha Kelso du regard, il avait soit échappé aux éliminatoires soit il faisait partie de la fournée suivante, s'apprêtant à quitter la lice.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
 
Fers & Bouillon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Biographie de Godefroy de Bouillon (1058-1100)
» Bouillon Bilk 2.0
» Marteliers, Brise-Fer, Tueurs?
» -Peinture- Bannière de Karaz Rhun
» [Achat] Brise Fer et Rangers de Bugman.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory  :: Le parc :: Les RP-
Sauter vers: