Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory

Résidence de Hersent
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les appartements du Vaisneau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:06

Enguerranddevaisneau a écrit:
[hrp]Rp sur INVITATION, merci d'envoyer un mp si vous voulez y participer, tout post non autorisé serat supprimé[/hrp]


Il dort, en cette matinée.

Depuis longtemps déjà, le corps de la jeune Emma a disparu.
Depuis longtemps, il retourne régulièrement dans ses appartements, récurés de fond en comble, d’où aucune trace des méfaits proférés ici n’est encore visible.
Il est bien.

En effet, à chacune de ses visites Parisiennes, il se rend en ses appartements, où il se repose, du véritable sommeil du juste.
Et il escomptait bien en profiter le temps qu’il faudrait.

Le soleil caresse maintenant agréablement sa peau, enivrant de sa chaleur le jeune éphèbe qui se tourne sous ses draps.

Ancien champion de la reyne, il avait des privilèges, et en jouissait de tout son soul.

Il est bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:11

Elmazilla a écrit:
Dans les couloirs du Louvres, un crime est sur le point d'être commis. À moins que cela ne soit déjà fais au vu des cris qui se répercutent sur les murs de la demeure roylae, troublant la tranquilité des lieux. Certaines portes s'ouvrent pour voir que leur occupant voit ce qui se passe... Pour vite se refermer devant la fureur de la dame d'un certain âge dont le chignon d'ordinaire impécable se dresse de travers sur le sommet de sa tête, des plumes semées un peu partout sur sa robe.

La personne responsable de toute cette cacophonie se glisse en silence dans le couloir des appartements des habitués du palais. La silhouette est fort petite, la taille d'un enfant de douze ans, pourtant sa propriétaire est loin d'être une enfant. Il s'agit d'une donzelle de quinze printemps environs, elle n'est guère certaine vu qu'à la Cours des Miracles, on ne tient guère de calendrier. Une taille fine, un corps tout en muscle délicats taillés pour la course, avantage certain quand on est une voleuse, elle n'en possède pas moins une poitrine généreuse. Un visage d'ange, encadré par une lourde masse de boucles de flamme, sur lequel s'affiche un sourire malicieux, satisfait du forfait commis, se tourne en tout sens avidement pour trouver une cachette.

En effet, si elle est la première à faire des coups pendables, elle préfère autant en éviter les conséquences. Hors après avoir éventré le coussin du fauteuil de son chaperon, de façon à ce que les plumes se répendent partout quand la vieille s'asseyait, la rouquine cherche une cachette pour éviter d'avoir à subir ses foudres. Et puis par la même occasion, en profiter pour fouiner un peu.

Entendant la voix du dragon s'élever non loin, Elmazilla pose sa main sur la poignée de la première porte venue. Si celle-ci était close, nous ne le saurons jamais car de toute manière la voleuse est habituée à faire céder les verrous sous ses doigts agiles et expérimentés. C'est donc promptement qu'elle se glisse dans l'appartement ainsi ouvert, juste à temps pour échapper à la femme courroussée qui arpente le couloir en hurlant son nom.

Sourire satisfait aux lèvres, la demoiselle se retourne pour faire face à la pièce, et repérer de ses fascinants yeux verts, hérités de son royal géniteur, tout ce qui peut se chaparder maintenant en étant glissé dans les plis de sa robe de soie bleue nuit, ou bien récupéré plus tard en faveur de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:12

Enguerranddevaisneau a écrit:
[Salon des appartements du Vaisneau]


Installé confortablement sur un siège molletonné de son petit salon, le baron s’escrime à déguster un vin, de Bourgogne, le meilleur, issu des vignes du célèbre Digoine.
Tâtant sa texture en bouche, il s’enivre de son gout fruité, de son arôme subtil et sucré. Amateur des bonnes choses, il sait qu’il se trouve la en compagnie d’un nectar divin, qu’il se doit de boire à petite gorgées, dans l’espoir d’en admirer toutes les saveurs.

Mais c’était sans compter une irruption malvenue.

Le cliquetis de la serrure le fait gigoter, et voila qu’il se saisit sans plus de cérémonie de la dague qui pends à sa ceinture.
Silencieusement, il se déplace jusqu’à la porte qui jouxte la chambre. Une silhouette est là, chétive, mais féminine.
Une femme, sans conteste, noble vu les atours portés, mais au maintient encore trop familier pour qu’elle soit issue de la noblesse de sang.

Une fouineuse dans ses appartements.
Une sourie entre les pattes d’un chat.

Invisible toujours, sa lippe se rehausse en un rictus dépravé.
Il en coûterait à la pauvre damoiselle de s’introduire ainsi dans ses appartements privés.
Ses jointures pâlissent alors que son dextre enserre le manche de son arme.

Et il s’avance.
Aussi vif que le félidé, il se jette sur l’inconsciente, la plaquant contre le bois de la porte dans un choc sourd, alors que sa senestre enserre déjà son cou, et que la lame luit d’un éclat meurtrier tout près de son œil.
Et un chuchotement vient à effleurer l’oreille de l’infante dans un souffle chaud.


Bouges, et tu es morte, cris, il en ira de même…

Son visage s’éclaire alors que sa trogne recule d’instinct, dans l’espoir de captiver le regard de sa visiteuse.
Et d’un regard captivant, vert comme les plus sombres pâturages il fait face. L’acier de ses prunelles la détaille.


Qui es tu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:13

Elmazilla a écrit:
"Je hais les nobles" est la première pensée qui passe dans l'esprit de la rouquine quand le propriétaire des lieux l'attrape sans grande délicatesse et la plaque contre le bois dur de la porte. Pourquoi faut-il toujours que la première réaction soit la brutalité ? Son propre père l'avai fait traquer dans toute la ville comme un gibier, et voilà qu'on la malmene encore... Enfin malmène... Certes il semble avoir le dessus, appliquant sa lame contre sa joue, mais elle n'a pas grandis dans les bas-fond de la Cours des Miracles pour rien...

Si cette robe qu'elle deteste la gène dans ses mouvements, il n'empêche que la voleuse est armée et que la dague effilée qu'elle porte, dissimulée dans ses jupons, est pointée vers le bas ventre du coq blond. S'il n'a visiblement pas peur de la blesser, elle n'a elle-même pas peur d'une cicatrice de plus contre le plaisir certain de le priver de ses attibuts...

Le noble n'ayant visiblement pas remarqué qu'il est lui-même menacé, il lui donne un ordre avant de croiser son regard. Gris contre vert, l'acier face à l'émeraude. La petite rousse décide de se montrer un peu conciliante, déjà pour s'éviter une balafre qui nécessitera des explications interminables avec son royale géniteur, et surtou pour ne pas avoir à être lachement livrée à son dragon de chaperon qu'elle entend hurler dans le couloir au fur et à mesure qu'elle se rapproche.

Aussi elle garde sa dague à portée mais veille à ce qu'elle reste invisible pour l'instant. Se détendant volontairement, elle essaie de se faire le plus inoffensive possible pour ne pas entrainer de geste maladroit de la part du blond. Faut dire qu'elle n'a pas envie de finir au couvent si son père apprend qu'elle a encore fais quelque chose de grave.. Enfin quelque chose ayant entrainé sa mise en danger.

C'est d'une voix claire et on ne peut plus adulte, démentant sa taille enfantine s'il n'a pas compris qu'il n'a pas affaire à une enfant.


Je suis Elmazilla...

Là, elle se serait contentée d'un beau mensonge tout fabriqué et issus de sa caboche si la vieille bique n'était passé à cet instant devant la porte des appartements en hurlant.

Elmazilla d'Armantia ! Je vous jure que si je vous met la main dessus son Altesse sera informée de...

Le reste se perdant au fur et à mesure de l'avancée furieuse de la dame de compagnie. Bon ben... Maintenant autant dire la vérité... Enfin faut pas abuser quand même...

Ben comme vous avez entendu la vieille le dire avec tant de délicatesse... Elmazilla d'Armantia... Bâtarde royale... Et vous, z'êtes qui ?

Et d'adresser son plus beau sourire au blond, effet quelque peu gaché pa la posiion dans laquelle elle se trouve, esperant que maintenant il la lachera, parce que entre la porte, la lame et le bras qui la plaque, on a vu mieux comme position agréable. Puis en cas d'apparition surprise d'un autre visiteur impromptu, ce serait digficile d'expliquer le pourquoi du comment, surtout en passant sous silence l'intrusion dans les appartements et l'histoire des plumes mentionnée dans la précédente intervention.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:13

Enguerranddevaisneau a écrit:
Il enserrait son cou menu avec une délectation non feinte, ses doigts hyalins pigmentant peu à peu la blancheur gracieuse de sa peau.
Il souriait aussi, de ce sourire malsain qui orne souvent le faciès des fous prêt à commettre une nouvelle bévue.
Il avait remarqué cette poitrine gironde, la courbe harmonieuse des hanche, l’échancré voluptueux qui laissait paraitre deux monts enneigés. Mais il avait déjà décidé de punir l’infante pour son audace. Une souillonne dans des atours de luxe, ce n’était pas nouveau, alors pour sûr que personne ne remarquerait la disparition d’une rouquine un peu trop curieuse.

C’était sans compter sur la révélation de son identité.

Une bâtarde du roy. Une vicieuse royale.

Il la relâche aussi subitement qu’il l’avait attrapé, laissant dans l’action échapper un grognement de mauvais aloi.


Tu n’as rien à faire ici, puisse tu être la reyne elle-même.

Il ne souffrirait aucune compagnie, lui qui se complaisait en cette journée dans une solitude nonchalante.
Voila qu’elle voulait qu’à son tour il se présente, ce qu’il fit, son souffle chaud enveloppant la bâtarde, sa voix au accent de miel unique déclamant :


Enguerrand de Vaisneau, baron d’Ittre, et tu es ici dans mes appartements. Privés.

La dague est accroché de nouveau à sa taille, alors que d’un pas félin, il regagne son petit salon, déjà oublieux de la présence de la princesse.
Il escomptait bien la voir sortir, et vite.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:14

Elmazilla a écrit:
"Je hais les nobles...." Et celui-ci en trente secondes vient de réussir à se hisser dans son Top 5 des nobles qu'elle déteste le plus et dont son royale géniteur est le champion en titre. Il a fait fort.... Il a même failli coiffer au poteau la blondasse de duchesse qu'elle a envie de crever dès la première occasion.

Les yeux verts s'étrécissent, laissant apercevoir une lueur meurtrière. Elle a tué pour moins que ça la rousse... Vivre dans la rue lui a appris à être dure et sans scrupule. Mais finalement elle se contient, car son géniteur a le bras suffisamment long pour lui poser des problèmes s'il le découvre...

Aussi elle le regarde tranquillement s'éloigner, comme si elle n'est plus là déjà... Sauf que la bâtarde a hérité de son père un caractère impulsif et pour le moins difficile. Elle affiche un petit sourire provoquant qui éclaire son visage d'ange d'une expression de malice de petit diable.


Pardon, pardon Messire le Baron d'Huitre... J'avais cru que c'était le palais de la Reyne et du Roy... Je me suis peut-être trompée...

Quand à vos appartements... Les miens sont plus grands, et je vous les donne si vous voulez, j'en veux pas. c'est la deuxième porte à gauche... dans un couloir quelque part, je sais plus où... Demandez à la vieille bique, elle saura vous dire...

Quand à privés... Changez le verrou pour qu'ils le soient, parce qu'un morveux de 5 ans de la Cours saurait l'ouvrir...


Sa Cours, n'est pas la même que celle de la Reyne... Il s'agit de l'autre, celle des bas-fond, celle où elle se plait à se promener et à faire ses méfaits... Mais cela, il ne le sait pas, ou s'il le sait, c'est qu'il n'est pas aussi blanc que devrait l'être un noble...

Entendant de loin son chaperon revenir sur ses pas en hurlant toujours après elle, la voleuse s'écarte de la porte et se dirige sans aucune gène jusqu'à la large fenêtre, qu'elle ouvre pour regarder la hauteur jusqu'au sol, celle jusqu'au balcon du dessus, et celle jusqu'à l'appartement voisin.

Retroussant ses jupes, qu'elle noue à sa taille pour plus de liberté, dénudant ses longues jambes fines et musclées taillées pour l'escalade ou la course, elle se tourne vers le blond pour lui parler, malicieuse.


Z'êtes un peu coincé Messire le Baron d'Huitre... Si vous avez besoin d'une copine... Ou d'un copain d'ailleurs, pour vous dérider, n’hésitez pas... Je connais des gens de métiers qui seraient parfait...

Laissant son regard vert descendre jusqu'en bas de la personne du blond, elle ajoute pensive.

Je repasserai peut-être à l'occasion... Ah et j'espère que ça n'avait pas trop d'importance à vos yeux...

Elle exhibe un objet chapardé lors de son déplacement de la porte à la fenêtre. Puis éclatant d'un rire malicieux, avant qu'il ne puisse rien faire, elle dissimule le petit objet dans l’écrin de chair que forme son corsage, enjambe la balustrade et descend sans difficulté jusqu'au sol du jardin.

Puis elle file, dans une envolée de jupe et de boucles de flamme, bien décidé à évaluer le fruit de ce qu'elle a "emprunté" à son hôte involontaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:14

Enguerranddevaisneau a écrit:
Elle filait, comme le vent, s’emparant au demeurant d’un encrier fait d’or pur, qu’il s’était offert jadis dans un but purement esthétique.
Un grognement d’agacement outrepasse ses lèvres tandis qu’il se jette vers la balustrade qui jouxte sa fenêtre.
Trop tard, la voleuse a déjà quittée la chambre et s’éclipse avec nonchalance dans les jardins.

Et la fureur qui prend part intégrante dans son être, le dominant avec une facilité déconcertante.

Pauvre folle, elle s’était faite ennemie du démon en personne, celui qui quelques semaines plus tôt assassinait de sang froid une enfant sans défense.

Il était le mal dans sa splendeur, aussi nocif que le pire des poison, dangereux comme un fauve. Elle pensait facilement le malmener, elle se trompait, et ouvertement. Il n’avait peur de rien et la putréfaction folle de l’alcool engourdissait peu à peu son cerveau, son corps, amenuisant sans conteste les faibles liens qui l’attachaient encore à la raison.

Il la retrouverait, puisse le très haut en être témoin, et lui ferait payer très cher cette affront.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:15

Alexandre* a écrit:
Le Premier Huissier de France avait dans ses missions de veiller à ce que les appartements du Louvre qui pouvaient être parfois prêtés à des personnes en reconnaissance de service rendu à la couronne de France par Le Roy ou la Reyne pour un certain temps , si ce n'est un temps certain.

Alexandre veillait particulièrement à ce que les appartements fussent rendus et pour cela il tenait à jour un petit carnet et sans le regarder tous les jours il faisait régulièrement le point.

En ce jour c'est celui d'Enguerrand de Vaisneau qui devait être libéré.

Il se dirigea donc vers celui ci et frappa à la porte, se demandant si quelqu'un l'occupait encore

Toc, Toc, Toc

Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:16

Enguerranddevaisneau a écrit:
Encore penché à la fenêtre, le jeune de Vaisneau pestait contre la bâtarde royale, la maudissant, la conspuant, se promettant également de la bruler au plus vite, indigne voleuse qui portait un sang pseudo royal.
Emeraudes fixés sur la cour, il la cherchait encore du regard, espérant par ce fait, apercevoir où elle entrerait, pour la coincer, et lui faire payer son acte.

C’était sans compter sur la porte, qui en vint bientôt à retentir, signalant la présence derrière elle d’un visiteur, malvenu de surcroit, dans l’intimité du cynoque à la chevelure d’or.

Main sur sa dague, il accourt donc jusqu’à l’entrée, pour se saisir de la poignée qu’il ouvre avec vélocité, laissant à peine le temps à son visiteur d’agir.

Regard véhément, il détaille l’huissier royal, visible à sa tenue, qui ose le déranger
.

C’est pourquoi ?

La voix est glaciale, empreinte de menace.
La raison de l’intrusion aurait tôt fait d’être importante, où l’homme en pâtirait plus que de raison.


Je ne souhaite pas qu’on me dérange plus longtemps, alors faites vite.

Main sur le bois de la porte, il s’apprête déjà à la refermer.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:17

Alexandre* a écrit:
Il entendit le ton aimable des mauvais jours de celui qui occupait l'appartement. Alexandre se dit qu'il avait bien fait de prévenir la Prévoté de Paris qui ne tarderait pas à arriver en renfort si il le fallait. Il ne lui appartenait pas en tant que Premier Huissier de France de faire la police car il n'était point armé.

Votre Grandeur, vous devez rendre cet appartement. J'ai ordre de Sa Majesté de le récupérer. Bien sur nous pouvons vous laisser une journée afin de faire prendre vos affaires par vos gens.

Alexandre le regarda sans aucun signe qui puisse trahir ses sentiments. Même si l'homme semblait menacant, il serait mal venu de s'en prendre à lui sans risquer d'attiser la colère de la Reyne sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:17

Enguerranddevaisneau a écrit:
Il détaille l'homme, pensif, suite à ses mots.

De sa majesté? En personne, elle s'abaisse à chasser elle même les gens du palais? Fichtre, elle sait même que je vi ici? J'en doute.

Sourire goguenard sur la trogne, il laisse peser un lourd silence, qui s'éternise quelques instants.

Il serait de bon alois de me montrer cette injonction, signée de la main de la reyne elle même, qui me stipule que je ne suis plus ici dans mes appartements. Comme il serait bon pour la reyne de ne pas traiter ceux qui la servent et qui servirent l'ancienne reyne comme des moins que rien que l'on chasse à sa convenance.

Soupire las pour le coup, il conclut:

Alors, ce papier avec le Sceau de la reyne, sa signature et tout le touintouin.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:18

Amory a écrit:



[rp]Avertit d’une expulsion, qui risquait de tourner au vinaigre, par le Premier Huissier de France, Amory avait préféré faire venir plusieurs garde du guet avec lui. Le nouveau prévôt de Paris avait avertit ses hommes de rester polis et de ne faire usage de la force que si c’était absolument nécessaire. Une main de fer dans un gant de velours c’est comme ça qu’il gérait le guet et comptait mener ses missions.

Il fit appeler les gardes qui seraient présent pour l’affaire et leur donna les dernières consignes.


« Pas de vague, un travail net et propre dans le respect de la personne voila ce que j’attend de vous. A vos montures c’est partit. Je tenais aussi a vous dire que je suis fier de vous et que c’est un grand honneur que de vous commander. »

Ils prirent la route du Louvre et des appartements privés que leur avait indiqué le garde à l’entrée. Ils arrivèrent devant la porte ou le premier Huissier semblait déjà la.

« Bonjour, Prévôté de Paris nous sommes la pour que tous se déroule bien, dans le calme et presque la bonne humeur. »[/rp]
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:20

Alexandre* a écrit:
L'homme semblait prendre à la légère son intervention, allant même jusqu' a se moquer. Pourquoi pas se dit Alexandre qui n'était pas le dernier à tourner à la dérision des situations sérieuses.

En effet votre Grandeur, vous avez raison Sa Majesté ne sait pas que vous vivez ici et ne s'abaissera surement pas à vous chasser elle même de sa demeure.

Alexandre sourit légérement et marque une pause puis reprends

C'est bien pour cela qu'elle a des officiers pour le faire, et en l'occurence c'est mon rôle de veiller à ce qu'un appartement prêté soit rendu car vous imaginez bien que vous n'allez pas occupé votre vie entière.

Nouvelle pause, histoire de tempérer ses propos dit sur un ton neutre et sans aucune agressivité

Désolé mais je n'ai pas d'écrit de la Reyne et n'en ai nul besoin car vous êtes un Noble et surement intelligent et civilisé qui peut comprendre que tout à une fin, sans pour avoir à le jeter dehors comme un mal propre. Ce qui je vous le concéde ne serait pas trés reluisant pour un Noble ayant servi le Royaume.

Savez vous que j'ai bien connu votre père . Un homme remarquable avec qui j'ai participé à mon premier conseil en Guyenne ?


Sur ce la prévoté arriva pour le cas ou, mais Alexandre espérait bien ne pas en arriver là

Messires bonjour, merci de vous être déplacé. Je pense que tout va bien se passer, le Comte de Vaisneau est de bonne volonté et ne veut pas déplaire à la Reyne sans nul doute.

Jetant un regard vers le Noble de Vaisneau avec un sourire

N'est ce pas votre Grandeur ?
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:21

Hersent a écrit:


Enfin, une mission se profilait à l'horizon...c'était le calme plat depuis la cérémonie du couronnement de la Reyne et Hersent s'ennuyait un peu à Paris où elle ne connaissait pas grand monde.

Ohhh, elle aimait flâner le long de la Seine, sur les quais où chalands et badauds se disputaient à longueur de journée le prix d'un pain, d'une saucisse, d'un peu de lait. Mais, ce qu'elle aimait par-dessus tout c'était les balades sur les ponts parisiens, si pittoresques avec leurs échoppes comme suspendues. Elle avait ses habitudes chez quelques artisans doués et discrets...les vertus des plantes étaient étudiées et travaillées par certains herboristes les plus doués du Royaumes et elle apprenait beaucoup en les observant, en discutant avec eux et en partageant les savoirs. A côté des herboristes, un artisan libraire tenait boutique...un univers enivrant de connaissances et de subversion...diffuser le savoir ancien et nouveau, chuchoter les traductions en langues vulgaires du Livre sacré, dans un lieu où l'ombre était préférable à la lumière. Elle était tombée sur un ouvrage...maléfique...un ouvrage où le corps humain était dessiné sous toutes ses coutures, une mine pour le futur médecin qu'elle était.
Elle songeait à toutes ces richesses de l'âme dans son bureau à la Prévôté, sirotant une tisane et gratouillant la couenne de son chat Tibert, quand elle entendit un branle bas le combat dans les couloirs!


Le chef avait rameuté ses troupes, le Guet Royal était appelé pour opérer à une éviction de domicile. Il fallait doigté et discrétion car l'appartement se situait au Louvre. Après une courte harangue, le duc de Jouarre prit la tête de la petite troupe, les rues grouillantes parisiennes freinaient un peu leur progression malgré leur avantage d'être à cheval. C'est que le manant parisien ne s'en laisse pas conter, Guet ou pas! C'est ce qui lui plaisait dans l'ambiance de la capitale: les langues bien pendues et le langage fleuri.
Elle donna quelques coups de plat d'épée lorsqu'un gueux malodorant tenta d'agripper la selle de sa monture...geste volontaire ou désespéré, jamais elle ne le saura. Puis, elle dut couper court à des remarques peu amènes de la part d'un groupe de soiffards à peine dessoulés: elle n'était pas comme les autres, elle était typée, très typée et cela attirait autant que cela inquiétait. Elle était habituée à ce genre de réaction mais elle n'était pas encore complètement impassible...l'ego est toujours difficile à mater et à faire taire, avec ou sans secours du Tao.

Ils parvinrent enfin au Louvre où ils descendirent de monture pour gagner l'aile abritant l'appartement de l'homme à expulser en douceur. Elle sourit lorsqu'elle entendit le duc parler d'action dans le calme et la bonne humeur...oui mais pas pour tout le monde: leur client risquait fort de ne pas l'entendre de cette oreille.
Tandis que le duc Amory se présentait à un Huissier, elle chuchota à son compagnon d'arme
:

D'après toi, ledit futur expulsé appréciera-t-il les rondeurs acérées du chef? Je me demande s'il obtempèrera facilement, d'ici à ce l'on soit obligé de lui courir après, il n'y a pas loin à faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:27

Enguerranddevaisneau a écrit:
Il se marre.
Franchement. Se fend la poire comme pas deux devant le ton presque mielleux employé par le laquais du Louvre.
Outre l'appeler comme il ne fallait, l'homme avait crus de bon aloi de faire venir le guet parisien.

Sourcil se hausse alors à l'apparition de la fine équipe, bientôt suivit d'un sourire goguenard est en tout point moqueur.


Et bien, si ce n'est guère faire montre d'hostilité que de convoquer tout le guet pour ma simple personne, je ne m'appelle plus Enguerrand.

Il détaille un instant les hommes d'armes, ne s'attardant que d'une oreille sur les paroles du premier huissier de France. Le duc de Jouarre, estimé par son ancienne nourrisse et Amante, Fildaïs de Compostelle, et une métisse, aux yeux bridés.
Rien de bien choquant en soit, l'homme ayant depuis longtemps côtoyé bien pire qu'une Mulan du soleil levant.
De reporter son attention sur Alexandre quand celui ci évoque son père.


Je suis ravi d'apprendre que vous ayez été l'ami de feu mon père, mais il est mort dés lors, et cet argument n'a donc aucun poids dans la balance.

Ca, c'est fait.
Petit rire nonchalant, il poursuit.


Dites moi Monsieur le premier huissier, auriez vous peur du noble que je suis pour rameuter tout le guet? Allons donc, qui me vois, sait parfaitement que je suis la bonté et l'innocence même.

Notons que dans le genre noble exécrable et imbus de lui même, il restait plutôt sympa pour le moment. Son visage singulier, mais beau, ne laissait rien présager de la folie qui parfois s'emparait insidieusement de sa personne.

Pour ma part, je prend cela comme une agression, c'est ce qu'elle est, et un manque flagrant de confiance. J'ai servi la couronne, défroquer le Grand duc de Breizh lui même en Joute, battu avec hargne pendant que vous, vous jouiez tranquillement au portier, au chaud, dans ce Palais, et c'est ainsi que vous me remerciez? En sommant le guet d'intervenir si je résiste!!!! Chat de salon, Aristocrate laxiste à la diatribe aussi molle que son vit! On ne traite pas ainsi le de Vaisneau, je ne suis pas la chiffe molle que fut mon patriarche!

Son ton montait, peu à peu, laissant croitre son exaspération et sa colère. L'homme était furieux, soudainement, et ne se laisserait pas traiter comme le dernier des idiots par un phallocrate royal.

Quant à parler de noble intelligent et civilisé, tâchez de vous comporter en tant que tel, et non en pleureuse mal dégrossie qui a besoin de renfort. De surcroit, si vous étiez un tant soit peu intelligent, et que votre soit disant liste des habitants du louvre était tenu à jours, vous sauriez que je ne suis pas comte, mais baron, et de par ce fait, vous vous épargneriez de vous tourner au ridicule seul. Maintenant disparaissez, sans ordre expresse de la reyne, c'est un ennemie de plus que vous lui faite, et pas des moindres, je n'ai guère à exercer les ordres d'un sous-fifre désireux de lécher le séant de sa majesté, peu importe que ce dernier soit bien fait.

Agressif, jamais, et il mettait maintenant quiconque au défis de le toucher.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:29

Alexandre* a écrit:
Comme quoi les parents pouvaient être intelligents autant leur rejeton qui avait hérité de leur noblesse de façon non mérité était stupide.
Bon il avait user d'un titre que le môme n'avait pas histoire de combler son égo mais bon il n'avait pas été dupe.

Le Premier Huissier de France changea de ton cette fois car il n'avait pas l'intention de s'en laisser compter par un sale môme mal éduqué


Messire de Vaisneau, vous avez raison que vous soyez ou non le fils de l'homme que j'ai connu ne change rien à l'histoire.

Je me fout complétement de vos gérémiades et de vos pseudos prouesses. Vous prenez comme vous mon intervention. En tant qu'Officier Royal, je représente la Reyne présentement et en m'insultant vous insultez la Reyne.

Je vous botterai bien le cul pour cela mais j'avoue que j'aurai trop peur de me salir et puis un Comte ne va pas s'abaisser pas à vous lancer son gant.

Regarde les membres de la prévoté et leur fait un signe

Jeter moi ce lascard en geole pour refus d'obeissance à un Officier Royal

Alexandre s'écarta pour leur laisser la place. Il ne fallait pas trop l'echauffer le Demessy. Baron ou pas il s'en tapait comme de sa première chausse



Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:30

Amory a écrit:
Tout aurais pu bien se passer et voila que les deux coqs allaient se créper la crête. Il soupira profondément et s'approcha du premier Hussier de France.

"Laissez moi lui parler s'il vous plait, sortez quelques minutes avec mes hommes et je vais tenter de le ramener à la raison. Il faut parfois mettre sa fierté de coté et mettre son intelligence en avant. La un combat d'égaux ne servira à rien. Votre but c'est qu'il dégage il le fera sans force faite moi confiance. Petit salut militaire à l'homme il se dirigea vers Enguerrand de vaisneau."

Il se posta devant l'homme réfractaire, se tenant droit comme un I comme on lui avait appris à la GE. Il ne souriait pas mais son visage n'était pas emprunt de colère.



"Soyez raisonnable Baron, il vous faudra sortir quoi qu'il arrive autant qu'on vous laisse le temps de plier vos affaires et de le faire en bonne intelligence et surtout de votre plein grès. Ca serait stupide d'en venir à la force. Mes hommes vous aiderons a plier vos affaires et d'ici une heure le logement sera rendu et vous libre d'un passé qui n'est plus."
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:31

Enguerranddevaisneau a écrit:
Il rit des paroles du freluquet qui se croyait à même de pouvoir lui botter le séant. Outre afficher une vulgarité patente suite au propos du Vaisneau -réaction idiote, si il en est- il se croyait de surcroit sur homme et capable d'intimider le baron d'Ittre, qui n'était plus un enfant, soit dit en passant, du haut de ses 17 printemps.
Il rit donc, avec amusement, tandis qu'il jette un regard emplis de dédain à "l'officier Royale".


Parlez donc, chien de cour, je n'ai cure de vos paroles, aussi risibles que vous l'êtes en vous donnant des pouvoirs qui ne sont pas votre.

D'ajouter, franchement amusé.

Quant à me jeter en Geôle, vous vous méprenez, vous n'avez pas le pouvoir pour en arriver là, votre étiquette de premier laquais de la reyne ou pas. Alors faite grâce à mes esgourdes, et fermez donc votre clape m'rde qui charge l'air ambiant des relents de stupres avalés pour en arriver à votre position. Et continuez à ouvrir les portes, c'est sans conteste ce que vous faites de mieux, vil maraud.

Nouveau rictus moqueur, une main hyaline vient se perdre dans le firmament éparse de ses boucles blondes. Une réponse pour le chef du guet.

J'escompte quitter ce lieu, n'ayez crainte, je ne puis demeurer plus avant dans un palais où les valets de sa majesté ne savent tenir leur position. Merci pour votre proposition, mais je crains que vos hommes ne soient guère assez nombreux pour "plier mes affaires", la moitié du Mobilier m'appartenant.

Il appose la main sur le pommeau de sa dague, avant de lancer une nouvelle oeillade assassine au blond comte.

L'office du Grand Chambellan perd vraiment tout honneur depuis que cette rombière qui se dit Carpadant, alors qu'elle a était chassée de sa famille à grand coup de caillasse, en est à sa tête.

Il interpelle un valet passant par là.

Toi, mon brave, file donc en la fastueuse parisienne quérir Igor, à l'auberge du rat crevé, en la cour des Miracles, et fait vite. Ensuite, tu aideras à empaqueter toutes mes affaires et trouvera châriole pour les transporter vers mon hôtel parisien que je compte acquérir prestement.

Et de conclure, pour Amory.

Vous nous voyez navré du déplacement inutile, votre grasce, mais je vous invite à rester le temps qu'il faudra, et à partager un verre de vin de Bourgogne en ma compagnie, vous et vos hommes, n'ayez crainte, j'ai ici quelques réserves. Et même en service, vous ne pouvez décemment refuser, le meilleurs vin Bourguignon, du Digoine, fief de grand Blanc-Combaz. Un verre ne nous tuera pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:32

Alexandre* a écrit:
Que voilà un bien mauvais exemple de Noble sans savoir vivre. Il laissa donc faire la Prévoté dont c'était après tout le rôle

"Laissez moi lui parler s'il vous plait, sortez quelques minutes avec mes hommes et je vais tenter de le ramener à la raison. Il faut parfois mettre sa fierté de coté et mettre son intelligence en avant. La un combat d'égaux ne servira à rien. Votre but c'est qu'il dégage il le fera sans force faite moi confiance. "

Je vous fais confiance surement avec vous l'habitude de ce genre d'individu qui l'insulte plus facile que l'honneur

Alexandre resta à l'écart. L'important étant que l'insolant quitte l'appartement
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:33

Hersent a écrit:
Hersent avait écouté, l'air de rien, les échanges verbaux peu amènes entre le premier huissier et le jeune comte, tout en observant les lieux pour parer à toute éventualité désagréable. Elle avait pu admirer les meubles de très belle facture, sortis à coup sûr, des ateliers les plus performants du Quartier Saint-Antoine. Mazette, elle avait presque envie de caresser les bois précieux, d'une beauté tellement sensuelle qu'elle en devenait indécente. Cela la changeait des coffres qu'elle voyait à la caserne ou dans les castels de province....il n'y avait pas à dire, Paris était une ville qui ne ressemblait à aucune autre, c'était LA VILLE, la seule et unique VILLE digne de ce nom.

Elle s'effaça pour laisser partir le Premier Huissier, qui semblait un peu dépité mais au fond bien content de refiler le bébé au Guet Royal. Et elle fut soulagée lorsqu'elle entendit le jeune comte dire que ses gens s'occuperaient de son déménagement: vu comment elle était menue, elle ne se voyait pas transporter ces meubles en bois massif !

Quand le comte invita le duc de Jouarre et ses hommes, dont elle, à partager un verre de vin de Bourgogne, elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire gourmand: mmmmm le vin de Bourgogne, avec le vin de Champagne, faisait partie de ses péchés mignons. Elle ne se lassait jamais de déguster les grands crûs que la Bourgogne élevait avec amour et savoir-faire élevé au grand art.
Du coup, son regard se perdit vers un vaissellier splendide où devaient être rangés des verres divinement colorés...comme on en fabriquait en Italie...enfin, elle avait entendu dire cela en écoutant les marchands ambulants qui voyageaient par-delà les montagnes.
Par Aristote, ce jeune homme, esthète, possédait un crû très connu... du Digoine. Misère, elle grillait d'impatience d'y goûter!


Dis-moi...tu crois que nous aurons le droit aussi de goûter à ce nectar?? chuchota-t-elle à son coéquipier, réputé pour aimer trinquer.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:34

Amory a écrit:
Citation :
Vous nous voyez navré du déplacement inutile, votre grasce, mais je vous invite à rester le temps qu'il faudra, et à partager un verre de vin de Bourgogne en ma compagnie, vous et vos hommes, n'ayez crainte, j'ai ici quelques réserves. Et même en service, vous ne pouvez décemment refuser, le meilleurs vin Bourguignon, du Digoine, fief de grand Blanc-Combaz. Un verre ne nous tuera pas.

Le premier Huissier sortie, la température de la pièce, se fut plus douce. Il sourit, un verre de vin si gentillement offert ne se refusait pas. Il regarda ses hommes, puis se dit que c'était le moment de les bizzuter. Il n'avait encore pas eu l'occasion de leur jouer un de ces tours tordue depuis sa nomination en tant que prévôt de Paris. Le moment s'offrait à lui. Il alla vers eux puis leur glissa:

"Vous allez m'attendre dehors, j'aurais besoin de vous pour rentrer, je risque de ne pas être en état. Ce vin de souvenir est un régal. je compte bien lui faire honneur, et ne vous inquiétez pas je boirais pour vous.

Ce tournant vers le jeune homme il lui répondit:

C'est avec plaisir que je trinquerais avec vous. Vous allez quitter ce lieu avec dignité. Tout le monde est content, nul besoin de la force ça c'est réglé aisémentdans la dignité et ça va se terminer dans le verre de l'amitié.""
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:34

Hersent a écrit:
Citation :
Vous allez m'attendre dehors, j'aurais besoin de vous pour rentrer, je risque de ne pas être en état. Ce vin de souvenir est un régal. je compte bien lui faire honneur, et ne vous inquiétez pas je boirais pour vous.

Quoi??? Que venait de leur dire le chef? Qu'elle et ses coéquipiers devaient attendre dehors pendant que Môsieur siroterait un grand crû de Bourgogne. Pfff, c'était toujours pareil avec les chefs...à eux les joies et aux autres les attentes dans les sombres couloirs ou dans le froid.
Hersent lui lança un regard noir et marmonna entre ses dents:

C'est ça, enfoncez bien le clou, en me disant que ce vin est un régal. A votre place je me méfierais...vu le passif de votre hôte, il glissera peut-être dans ce nectar quelque poison subtil...vaudrait mieux que je ne reste pas loin de vous...au cas où. Et puis, pas question que vous restiez seul avec cet énergumène. Ohhh, ne me regardez pas comme ça! Ce n'est pas avec votre canne que vous pourriez en venir à bout s'il lui prenait l'envie de vous assommer. Il semble vif et en plein forme, il ne sort pas d'une blessure de guerre, lui.Elle jeta un regard vers ses coéquipiers pour leur demander, silencieusement, de l'aide, car il était hors de question de laisser le duc seul avec le damoiseau.
Elle reporta son attention sur le duc puis enchaîna, mezzo vocce, désignant l'hôte d'un discret mouvement du menton,
il ne m'inspire vraiment pas confiance, il respire la fausseté et la manigance. Et puis...ses valets m'inquiètent aussi, vous avez vu la mine de certains...à l'image de leur maître, faux, fourbes et certainement prêts aux pires extrémités. Elle abattit son ultime argument De plus, si votre épouse apprenait que nous vous avons laissé seul, Kelso et moi, elle nous ferait passer un sale quart d'heure...après s'être occupée de vous pour vous faire passer l'idée de recommencer. Vous ne voudriez pas que vos deux gardes du corps préférés soient injustement malmenés, n'est-ce pas?

Elle se rendit compte que l'aparté avait duré et que leur hôte devait se demander ce qui était en train de se tramer. Elle inclina sa tête puis son buste, en une révérence masculine puisqu'elle était en uniforme et non en robe, avant de s'adresser à lui:

Monseigneur, je règle quelques menus détails avec Sa Grasce, et vous prie d'excuser mon outrecuidante audace.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:36

Enguerranddevaisneau a écrit:
Il était heureux de voir sortir le toutou de la reyne, et ainsi de se retrouver seul en compagnie du guet Parisien, des ses guerriers, et du duc de Jouarre.

Lui qui n'avait aucun passif aux yeux du monde, tout ses crimes étant restaient inconnus jusque là, ne se douta donc pas une seule seconde que la diatribe chuchotée de la bridée était une critique à son égard.

Certes, le de Vaisneau était un meurtrier, tueur d'enfant, mais il restait, d'apparence tout du moins, un jeune apollon au teint blafard, beau sans conteste, et de compagnie agréable.

De répondre à la jeune femme alors, de sa voix mielleuse empreinte de raffinement et de courtoisie.


Faites donc, damoiselle, cela ne m'incommode aucunement, permettez moi d'ajouter que votre tenue vous sied à merveille, de surcroit.

De poursuivre pour le prévot en chef.

Buvons donc, mais informez moi de votre décision, dois-je faire servir vos hommes où non?

Moment que choisie Igor, géant bretons à la mine patibulaire, crâne rasé, moue dédaigneuse et hache à la taille, pour faire son entrée. Un regard pour la compagnie, il vient se poster derrière le baron d'Ittre, sans un mot, l'homme étant muet, tout du moins près de l'Enguerrand.

Ce dernier d'ailleurs, le présenta d'un signe de tête.


Igor, maréchal d'Ittre, capitaine de ma garde, muet de surcroit, tout du moins en ma compagnie, il sait comme c'est fort avisé. Dit bonjour, Igor.

Grognement de la brute pour la ronde.
Claquement de doigt du de Vaisneau.


Igor va s'improviser valet, ces derniers étant occupés déjà à réunir ce qu'il faut pour me déménager. Sers nous, le gros, et prestement. Du Digoine. Votre grâsce? Nous servons vos hommes? J'ai une envie soudaine de boire plus que de raison, pour fêter dignement mon départ.
En attendant, permettez moi d'écrire une lettre épicée pour la jeune désavouée de Carpadant. Ce sera rapide.


Et ce fut chose faite.

Citation :
De nous, Enguerrand de Vaisneau, Baron D’Ittre, Chevalier Banneret de Fauquez,
A vous, Agnes. –Notez que je n’utilise pas le De Carpadant, ma très chère marraine, le très haut veille sur elle là haut, ayant eu la judicieuse idée de vous renier.- Grand Chambellan de France, dame de Causses.

    Salutations.

    Par la présente, nous actons notre départ de nos appartements au Louvre, alloués par sa très gracieuse majesté Béatrice Ière, pour service rendu à la Couronne, en tant que Champion.
    De par ce fait, nous emmenons avec nous tout le mobilier nous appartenant, en sus de la valetaille qui nous était confiées lors de nos passages en le Palais Royal.
    Nous notons votre vélocité quant à nous jeter dehors, et prenons cela comme acte belliqueux de votre part. Soit, nous serons donc ennemis, comme vous le fûtes avec notre Marraine, son Altesse de Montmorency.

    Que dieu vous protège de nos foudres.







Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:37

Amory a écrit:
Ses hommes étaient tombés droit dans sa petite blague et cela le réjouissait fort bien. Rien que pour voir la tête d'Hersent, le Duc ne regrettait rien. Mais les plaisanteries les plus courtes étant les meilleurs il s'empressa de répondre au jeune Baron.

"Oui vous pouvez servir mes hommes sans eux le guet ne serait rien et ils sont fidèles et la à chaque épreuves même au dela de leur fonction de membre de la prévôté de Paris. J'espères que vous serez où loger sinon j'ai une chambre d'ami dans mon hotel particulier à Paris si vous étiez dans le besoin."

Petit regard vers Hersent et les autres pour voir si il avait parlé assez fort.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2120
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   Jeu 27 Oct - 23:38

Hersent a écrit:
Elle rougit sous le compliment du jeune Baron qui, apparemment, savait parler aux femmes et jouer de son charme autant téénbreux que vénéneux. C'est qu'il était beau ce jeune homme, d'une beauté particulière, diaphane presque évanescente. Un charme étrange...digne d'un elfe de conte nordique.
Elle balbutia quelques mots,sans pouvoir cependant s'empêcher d'en rajouter, se morigénant intérieurement pour cela
:

Euh...je ... vous remercie ...c'est ma couturière qui sera ravie d'apprendre que sa création fait effet...chez le public masculin...et connaisseur.

Elle s'éloigna, mais pas trop, du duc de Jouarre, à l'arrivée du capitaine de la garde du Baron, un certain Igor. Diantre, on faisait difficilement plus rustre d'apparence...il tranchait tellement avec le raffinement du Baron. A croire que les contraires s'attiraient.

Alors qu'elle regardait, à nouveau, admirative le mobilier d'excellente facture, elle fut distraite par la réponse du Duc....un sourire apparut sur ses lèvres, ses yeux pétillèrent de plaisir anticipé. Pas si chien que cela le chef!
Mais la suite de ses propos lui fit froncer les sourcils
: voilà que le Prévôt invitait, dans son hôtel particulier, le Baron au cas où ce dernier ne saurait où dormir. Non mais! Il était tombé sur la tête ou quoi??? Elle marmonna entre ses dents Il a décidé d'user nos nerfs on dirait, à lancer des invitations à la volée, sans réfléchir...enfin...peut-être que...elle haussa imperceptiblement les épaules et plongea dans une douce rêverie, le regard perdu dans la cour du Louvre....une immense et splendide place où le minéral se disputait avec le bleu du ciel automnal sous le claquement ferré des sabots des nombreux nobles équipages.
Elle savourait d'avance la douceur âpre du vin, le miroitement de sa robe dans le verre coloré, les effluves divines d'un bouquet fruité .
Quoi de plus subtil et délicat que de déguster un crû dans une pièce au décor raffiné et le regard plongeant sur un espace minéral à la sombre et sobre beauté... Vostre Grasce, je vous remercie.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les appartements du Vaisneau   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les appartements du Vaisneau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Question] Le Jump et les Appartements de Daenarys (Résolu)
» Le roi robert
» Boîte aux lettres commune
» [Sims 2] New York, New Yoooooooooork ...
» Appartements de Daenerys et carte dans l'ombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory  :: Le parc :: Les RP-
Sauter vers: