Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory

Résidence de Hersent
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Joutes du Tournel du Languedoc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Joutes du Tournel du Languedoc   Mar 21 Aoû - 9:00

[Sur la route de... Memphis?? Non sur celle du Languedoc, vers le Tournel]

En Champagne, à Bourmont: agitation dans les écuries et les communs, la mesnie prend le départ pour rejoindre le Languedoc où elle participera au fameux Tournel.

Ultimes vérifications du matériel: immense tente, le Duduc souhaitant rassembler ses troupes sous la même toile, paravents en pagaille... faut pas croire qu'il pourra se rincer l'oeil comme ça, malles chargées d'armures rutilantes et de lances non moins affûtées, vivres bien entendu et boissons.

Puis c'est la longue file de charrettes sur la route, devancée par les cavaliers bien décidés à briller lors de ces joutes.
Hersent n'avait pas oublier son carnet de note: elle comptait bien continuer son projet de recensement des meilleurs sables de lice du Royaume. Entre elle, Suzette et Coxynel, les sables n'avaient plus de secret côté saveur.
Les écuyers suivaient, houspillant la caravane champenoise, le Duduc ne pipait mot, se réservant sans doute pour l'arrivée, dans quelques longs jours, au campement des jouteurs.

Les membres de l'escouade de choc champenoise devisaient joyeusement, se lançant des blagues et surtout lançant d'impensables paris sur leur futur parcours qui ne pourra qu'être héroïque.

Les étapes furent à chaque fois bienvenues: une nuit à l'auberge par ci, une autre à la belle étoile par là, les chaleurs du sud étant difficiles à supporter pour des champipi en goguette.


[Arrivée enfin sur les lieux]

Le plan d'accès étant bien fait, personne ne s'était égaré, faut dire que les Bourmont sont très doués en orientation ce qui les embarquent parfois un peu loin. Heureusement, Coxynel ramenait tout ce petit monde sur le bon chemin.
Des gardes à l'entrée donc "montrage" de pattes blanches, brunies par les journées de voyage sous un soleil de plomb
.

Bonjour, Hersent d'Ar Sparfel, dame de Maizières et Vignory, accompagnée de leurs Grasces de Rosnay, de dames Klouska de Champigneulle, de Suzette de Pars-lès-Chavanges, de Coxynel dame d'Ussy-sur Marne et de notre suite qui ne devrait pas tarder à arriver avec tout notre chargement.
Nous devions rejoindre une amie du duc de Rosnay, la vicomtesse Terwagne_mericourt, est-elle déjà arrivée??


Quelques temps plus tard, on vint leur annoncer qu'ils pouvaient s'installer selon leur envie.

[Installation du campement Bourmont-Rosnay-Airain]

Diantre, c'est qu'il y avait déjà un monde fou installé, les bonnes places n'étaient guère légion, surtout celles à l'ombre près de la rivière.
Hersent en aperçut une pas mal du tout et s'empressa d'aller y camper juchée sur son frison en attendant les autres.
De l'ombre, une rivière... de belles séances de nage en perspective entre deux duels. Et puis par cette chaleur, barboter dans la fraîcheur d'une eau limpide était un agrément à ne pas négliger.

Les charrettes ne tarderaient pas à arriver, Hersent descendit de sa monture pour la laisser paître tranquillement alla puiser dans un seau qu'elle transportait toujours avec elle, de l'eau pour abreuver sa monture avant de la panser; et fit signe aux autres de venir la rejoindre. En attendant leur toile commune, ils s'allongeraient sur leur couchage de campagne comme lorsqu'ils campaient près de Péronne
.

J'ai trouvé un très bel emplacement, ombragé et frais grâce à la proximité de la rivière. Maintenant, reste à savoir si la vicomtesse est arrivée ou pas, et si elle est présente dans quel endroit elle a monté son campement.

Petits regards à droite et à gauche pour tenter de repérer des visages connus, croisés lors des diverses joutes auxquelles elle avait participées... pas de Champenois à l'horizon...et pas de vicomtesse. Où se cachait-elle?


Klouska a écrit:
Un voyage, encore un. Il est vrai que ces derniers temps elle avait du mal a tenir en place.. a croire que tout la poussait à se trouver loin de Champagne.
Enfin, cette fois ce n'etait point pour commercer ou pour escorter mais bien pour des festivitées des plus réjouissantes. Qui plus est, toute la smalla était groupée, faisant route ensemble, ce qui etait plutot rare.


[Campement Bourmont - Rosnay - Airain]

Elle n'eut même pas à se présenter puisqu'Hersent le fit pour tout le monde.. voila qui leur ferai gagner du temps.
Temps qu'ils mettraient à profit pour se délasser et se reposer du voyage avant le debut des joutes.

Elle fut impressionnée par le monde deja present ; surtout parce qu'elle ne connaissait aucun de ces visages.
Devant la carrure de certains hommes, elle se prit a penser qu'elle ne resterai pas longtemps en selle si elle devrait les affronter en lice.
Ménager son corps délicat avant qu'il ne soit meurtris, elle s'installa sur une simple couche diposée dans l'herbe,aux cotés de ses amis.
Le regard reveur, perdu dans le fil de l'eau qui glissait tranquillement sur la riviere.


Terwagne_mericourt a écrit:
Tu parles d'un écuyer! Il avait l'air tout sauf doué, et pas plus éveillé qu'une marmotte en février. Une marmotte, oui, c'était exactement cela! Cela faisait pas loin de trois minutes déjà qu'il regardait l'emplacement choisi, le regard vide, comme si il espérait y voir sortir de terre un plan de montage de la tente.

Bon, c'était sa faute à elle, aussi, si elle était aussi mal accompagnée. Après tout, elle n'avait qu'à mieux choisir, et surtout à prendre le temps de la recherche et non pas prendre le premier venu, comme elle l'aurait fait d'un fruit acheté sur le marché sans envie de le manger, juste parce qu'il fallait bien.

La prochaine fois, elle... La prochaine fois? Y en aurait-il seulement une? Rien n'était moins sur, vu l'état physique où elle était depuis des semaines. Portant l'air de rien la main vers son ventre, elle vérifia à travers le tissus de sa chemise que le bandage était toujours bien en place. Il était hors de question qu'elle laisse deviner à qui que ce soit qu'elle était blessée avant même de commencer à jouter! Tout comme il était hors de question qu'elle laisse cette fichue balafre ventrale l'empêcher de participer et de revoir Kelso!

Après quelques invectives du regard lancées au bougre qui l'accompagnait, elle décida de se calmer les nerfs en se dégourdissant les jambes. Un petit tour de l'air de campement ne pourrait pas lui faire de mal, et avec un peu de chance elle repérerait enfin quelque visage connu. Des Berrichons, des Dauphinois, des Officiers de la Cour d'Appel... Il devait bien y en avoir dans les participants.

Elle n'avait encore fait que quelques pas, une trentaine peut-être, lorsqu'elle aperçut une silhouette dont la vision lui tira un sourire : Dame Hersent! Les Champenois étaient donc arrivés! Et parmi eux se trouvait sans aucun doute possible Kels... Elle ne le voyait pas, mais forcément il était là, ou en tous cas pas loin.

Le coeur battant soudain plus vite, le pas devenu plus preste, elle releva la tête, maquilla un sourire sur ses lèvres minces, et s'approcha de celle qu'elle avait croisée à plusieurs reprises dans les locaux de la Prévôté champenoise.


Dame Hersent! Quel soulagement de vous voir!
J'ai bien cru ne jamais vous retrouver dans tout ce monde.


Coxynel a écrit:
[Sur la route toute la Sainte Journée… voir un peu plus!]

L’ex bonbonnière avait laissé sa fille entre de bonnes mains à sa nourrice officielle, Brewen, pour prendre la route en compagnie des Jouteurs Bourmontois. Il avait été décidé, en effet, que les Champenois feraient route ensemble…
Et quelle épopée ! Le voyage avait été bon enfant… Les plaisanteries, les petites piques, les boutades avaient fusé. Mais c’était finalement logique lorsqu’on connaissait un petit peu la petite troupe. Et ce n’était autre qu’une marque d’affection finalement.
Mais reprenons…

La route avait été longue… très longue… pour la Champi du point de ralliement jusqu’au Languedoc, pays où l’on parle la langue d’Oc et qui pour elle était un grand mystère.
Longue parce qu’il faisait chaud !
Longue parce qu’il faisait soif !
Longue parce que la têtue portait sa cote de maille ce qui indubitablement lui donnait encore plus chaud et encore plus soif.
Encore heureux que son canasson, Attila, la portait et non pas l’inverse.
Et dans sa tête, la blonde ne pouvait s’empêcher de pester en se demandant quelle idée farfelue, elle avait eu de quitter la fraîcheur de son phare pour ces contrées sudistes.



[Sur le camp Bourmont et Cie. Quand une blonde ne perd pas le nord dans le Sud.]

C’est à moitié avachie sur sa monture que Coxynel termina le voyage. Laissant Hersent tout régler, elle n’avait d’ailleurs par la force de s’occuper de quoi que ce soit.

Elle accueillit avec bonheur la nouvelle d’Hersent sur le fait que le campement serait établi près de la rivière un peu à l’ombre.


Bien ! Bonne nouvelle. Au boulot ! Autant s’y mettre dés maintenant pour monter le camp que nous soyons tranquilles le reste de la journée. Coxynel leur fit un grand sourire et un petit signe de la main. Je vous laisse le soin de monter les tentes. Ben oui, on est esclavagiste ou on l’est pas, hein. J’ai à faire. Une affaire de la plus haute importance à régler.

Et ni une ni deux, le cheval, les affaires furent laisser en plan et « l’ex-pseudo reprise de justice » délaissa bottes, cote de maille, ceinture et épée – pour se retrouver en chemise et en braies… oui, elle porte toujours pas ou peu de robes – et alla piquer une tête dans la rivière.

Un soupir de satisfaction et de plénitude s’échappa de sa bouche au contact de l’eau. Mazette, elle était fraiche et que ça faisait du bien.


Un coup d’œil vers le camp dont le montage des tentes n’avançait pas, elle harangua un peu, histoire de les faire s’activer. Ca papotait, ca roupillait et ce soir, à ce train là, il dormirait par terre et dehors. Bien qu'au final, ca ne la dérangeait pas plus que ça... Mais bon râler pour la forme, c'est toujours agréable !

On s’active, on s’active, dit-elle en exécutant un petit mouvement de brasse.

Ah de nos jours… tout se perd, j’vous le dis !


Kelso a écrit:
[Camps Bourmont ou pas]


Errant ou crapahutant sur son cheval, il suivait le mouvement en cadence, bien dans les rangs, faisant bien attention de ne pas sortir du sentier. Il les regardait tous un par un, se demandant ce qu’il faisait la. Encore souffrant des quelques mésaventures précédentes. Des joutes, il n’aimait pas spécialement cela, mais ca faisait bon genre qu’on se montre en ces lieux. C’est pourquoi, bien calé derrière le cheval de Colombe .. Ah qu’il en était fier de ce prénom.

Hersent non loin, et surement Valerie derrière, il n’avait pas fait attention en fin de compte. Qu’est-ce que ca pouvait faire de qui était la.

Arrivé aux joutes, il mit pied à terre dans un long soupire et enchaina quelques pas parmi les centaines de personnes qui semblaient présentes. Ca allait être d’un ennuis mortel et impossible de le cacher. Alors, il salua les gens et se dépêcha à aller se mettre à l’écart. Avec un peu de chance, personne ne viendrait l’emmerder avec des discours dont il s’en foutait royalement.

La seule petite chose qui le faisait sourire encore un peu, c’était l’idée de revoir son amie Terwy, cela faisait un moment qu’il ne c’était pas vu, depuis une attaque en Bourgogne. Alors, il laissa son cheval brouter non loin de lui, pendant qu’il s’assit sur un rocher attendant qu’on appel les participants.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Mar 21 Aoû - 17:55

(suite)


[Campement Bourmont et Cie... et au milieu coule une rivière*]

Bien, opération installation dans un coin sympathique réussie, il fallait à présent s'attaquer au montage de la tente commune et là, comme par enchantement, plus personne dans les parages pour l'aider à régenter les serviteurs, enfin arrivés avec les charrettes remplies à ras bord.

Alors, revue des effectifs : Coxynel ? Elle barbote dans la rivière, les narguant honteusement ! Klouska ? Partie certainement fouiller les étals du marché local un peu plus loin, des fois qu'elle tomberait sur LES étoffes qui feront la tendance de la prochaine saison aux DO... hé bien non, raté... elle s'est endormie sur l'herbe ! Le duduc ?? ben... comme depuis un bon moment, un fantôme qui traîne sa carcasse avec ennui, d'ailleurs où est-il allé se cacher ? La duchesse ? Ah, si ,elle est là, fatiguée par le voyage et par la chaleur ! Suzette ? Je parie qu'elle a filé au marché pour dénicher des contrats PDL !

Alors qu'elle pestait tout bas en lâchant des mots horribles, appris à la caserne, mots orduriers qui lui vaudraient une sacrée confession très rapidement, elle entendit une voix connue



Dame Hersent! Quel soulagement de vous voir! 
J'ai bien cru ne jamais vous retrouver dans tout ce monde.


La Vicomtesse Terwagne_mericourt, invitée par le Duduc à se joindre à eux pour ces joutes ! Elle semblait soulagée de voir un visage connu.

Vicomtesse, quelle surprise de vous voir ! J'avais ouï dire que vous veniez aussi jouter avec nous mais je ne savais pas si nous devions vous compter parmi nous au campement. D'ailleurs, où êtes-vous installée ? Je pense que le duc de Rosnay serait ravi que vous veniez nous rejoindre ! Faites mander à vos gens de transporter votre tente près de la nôtre : plus on est de fous, plus on rit !
Je n'ai jamais vu autant de gens rassemblés au même endroit ! C'est impressionnant cette foule, l'ambiance lors des duels sera surchauffée !


Elle distribue les consignes d'une voix qui ne souffre aucune réplique afin d'activer l'installation du campement : c'est qu'elle avait envie d'aller piquer une tête dans la rivière, elle aussi ! Rejoindre Coxynel et lui faire boire la tasse histoire de lui rappeler que ce n'est pas bien d'être esclavagiste. Puis elle revient vers la vicomtesse :

Votre voyage s'est-il bien passé ? Pas de mauvaises rencontres sur les chemins ? J'ai préparé de la tisane, paradoxalement boire chaud apaise la soif lors d'un cagnard comme celui que l'on supporte ici. Sinon, nous avons des caisses de champagne mais faut laisser les bouteilles reposer au fond de la rivière quelques temps avant de les ouvrir. Oups, je ne dois pas oublier de poster un sbire pour surveiller notre trésor à bulles !

Tout en devisant, elle sort tasses et tisanière, approche deux tabourets et propose quelques petits gâteaux :

Vicomtesse, vous êtes bien pâle ? Etes-vous certaine que tout va bien ? Vos traits sont tirés, comme si vous sortiez d'une chambre d'hospital... je suis médecin, si vous avez un souci, n'hésitez pas à venir me voir, j'ai toujours ma mallette médicale avec moi...d'autant plus quand il y a des joutes. La dernière fois, en Val de Loire, j'ai du me recoudre toute seule une blessure au pied, sans lotion anesthésiante afin de conserver tous mes esprits. Recousue à vif... je peux vous dire que ça fait mal, diablement mal.
Mais je parle, je parle... au risque de vous assommer surtout avec mes histoires de médecin.


Hersent sirote doucement sa tisane, le regard tourné vers la rivière, trépignant d'envie d'aller nager.



Terwagne_mericourt a écrit:
[Campement Bourmont et Cie :]


La Dame l'avait reconnue, à son grand soulagement, et son ton jovial et sympathique - c'est en tous cas ainsi que le perçut la Vicomtesse - la mit rapidement à l'aise. Il faut bien avouer qu'elle avait craint un instant que les compagnons de joute de Kelso ne comprennent pas trop pour quelle raison il l'avait invitée à se joindre à eux.

Et bien, à dire vrai j'ignorais ce qui était prévu au juste pour votre campement à tous, si vous m'aviez comptée parmi vous, et craignant de déranger j'avais emporté le nécessaire à un campement en solitaire.

Et c'était vrai, qu'elle avait toujours eu peur de déranger, où qu'elle aille, depuis toujours.

Quoi qu'il en soit, si vraiment cela ne dérange personne, je serais très heureuse de me joindre à vous tous, et de faire la connaissance de tous ceux et celles que je n'ai pas encore eu l'heure de rencontrer en Champagne.

Il faut bien admettre que j'ai eu une fâcheuse tendance à rester cloitrée et invisible depuis mon emménagement dans ce duché... Mais cela va changer dès mon retour là-bas. Je me sens prête, à présent.


Terminant cette phrase, elle tourna son regard dans la direction d'où elle était venue, cherchant à faire signe à celui qui lui servait d'écuyer de déménager ses affaires par ici. Bien évidemment, le bougre était tout sauf réceptif aux signes de loin, trop perdu qu'il semblait être à chercher comment monter la tente.

Retenant un soupir à son intention, elle reprit sa conversation avec la Dame Hersent.


Mon voyage s'est déroulé sans encombre, oui. Juste un peu long à mon goût.

Petit sourire, avant de poursuivre.

J'avais oublié à quel point le Languedoc était loin du Domaine royal. Je n'y avais plus mis les pieds depuis de fort longues années. Mon parrain vivait dans ce duché, je suis venue lui rendre visite il y a fort longtemps.

Plus fatiguée par la route que ce qu'elle ne l'admettait, elle accepta avec soulagement et plaisir le tabouret offert, et y posa son séant, avant de prendre la tasse de tisane qu'on lui tendait.

Merci beaucoup... Cette tisane sent délicieusement bon.
Et pour le champagne, je crains que le Duc ne tremble pour sa chemise s'il me voyait en boire.


Un petit rire étouffé lui vint en repensant à l'incident qui s'était produit lors de leur premier tête-à-tête, et elle espéra que son hôte ne l'interrogerait pas concernant cette allusion.

Quoi qu'il en soit, ne vous inquiétez pas pour moi, je vais bien, ou en tous cas bien mieux qu'il y a peu... Cette satanée blessure reçue lors de mon voyage avec Kels..., enfin avec le Duc, a mis pas mal de temps à cicatriser, mais c'est en bonne voie.

Je suis juste fatiguée par la route, rien de plus. Mais merci de votre sollicitude.


Imitant sa vis à vis, elle sirota sa tisane, puis reposa la tasse vide.

Je ne vais pas vous déranger plus longtemps, je pense que vous devez avoir envie de finir de vous installer. Et puis il vaut mieux que j'aille prévenir mon écuyer du changement de campement avant qu'il ne soit en plein montage du mien.

Elle se leva, lentement, n'osant poser la question qui lui brulait les lèvres, craignant de laisser entendre dans sa voix à quel point elle était pressée de revoir Kelso. Pourtant, n'y tenant plus, elle finit tout de même par laisser s'échapper les mots suivants...

Savez-vous où se trouve le Duc Kelso?



[Campement Bourmont & Cie]

La tente était montée, enfin, sous le regard aiguisé du Capitaine Royal qui ne souffrait le moindre manquement à la discipline chez les serviteurs. Voyant le résultat magnifique, elle s'excuse auprès de la vicomtesse pour aller octroyer une longue pause aux gens de Bourmont qui avaient sué sang et eau à monter leur barda:

Vous pouvez aller vous reposer, vous rincer la glotte dans la première taverne venue, attention! pas de rencontres follieuses avec la première traînée qui passe sinon...gare à votre fondement. Vous avez quartiers libres jusqu'en fin d'après-midi! Rompez!

De retour vers la vicomtesse, elle l'entend lui dire qu'elle a été blessée récemment:

Pardon?? Et vous joutez? Votre médecin est inconscient ou quoi? Ou alors vous n'en faites qu'à votre tête, ce qui est encore pire, tsss! S'il ne tenait qu'à moi, je vous interdirais de jouter et vous imposerais un repos total.

Elle n'avait pas à houspiller une vicomtesse mais entendre des âneries pareilles ne pouvait que la faire réagir en tant de médecin. Les tisanes étaient terminées et la vicomtesse prit congé afin de faire rapatrier sa tente près de la leur. Quand elle demanda où se trouvait le duc, Hersent eut une hésitation puis répondit simplement:

Ohhh, Sa Grasce prend quelque repos avec son épouse, dans un endroit ombragé. Le voyage a été long et fatigant pour tout le monde. D'ailleurs, j'ai l'impression que mon écuyère a pris du retard, je ne la vois toujours pas! Pourtant, j'étais certaine qu'elle suivait la troupe.

Elle se leva, salua poliment la vicomtesse et prit congé:

A bientôt alors vicomtesse. Moi, je vais rejoindre Coxynel dans la rivière.... depuis notre arrivée ici, je rêve d'aller m'y rafraîchir!

Et elle partit rejoindre son amie, ôtant ses chausses, ses braies, ne gardant que sa chemise, par décence car à Vignory, elle plongeait dans le lac sans atours encombrants.

Coxyyyyyneeelllll!!! J'aaarrriiiiveeee! 'tention je saute!

et Plouf, une champenoise de plus à barboter dans la fraîcheur ineffable de l'onde languedocienne.


Coxynel a écrit:
[Campement Bourmont & Cie : quand deux baleines, originaires de Champagne, barbotent]



Et une bombe brune en approche... Une !!!!
...
Et une Coxynel secouée et trempée par les remous d'eau provoqués par le saut de la brune... Une !!!!
Finalement se baigner avec Hersent, c'est un peu comme se baigner avec Manon - la mini de la blonde - tu termines trempée. Sauf que la fille de l'ex-bonbonnière arrose moins fort et qu'à ce jeu là, Hersent est bien plus douée.

Recrachant dignement et élégamment - oui, oui, Coxynel, parfois, ça rime avec élégance ! - la tasse imposée, la Dame d'Ussy-sur-Marne se dirigea vers son amie, tout en prenant bien soin de lui rendre la pareille en l'arrosant copieusement.

Tiens une algue au fond de l'eau qui lui chatouille le pied ?!

Un sourire un peu sadique se dessina alors sur le visage de la "pseudo-repris de justice"... Ni vu, ni connue, Coxynel plongea histoire de l'attraper, récupérant au passage une bonne dose de boue qu'elle envoya ensuite en direction de sa comparse champenoise, le tout accompagné d'un éclat de rire.


Paraît que c'est bon pour la peau !, balança-t-elle narquoisement.

Coxynel, 30 ans, toutes ses dents... Ahem...

Elle regarda son amie... Sûr qu'elle allait prendre cher en représailles mais après tout ils étaient là pour s'amuser et se changer les idées.
A quoi bon faire un si long trajet, si une fois sur place, c'est pour tirer la tronche ?!

Bon c'est pas le tout mais maintenant il allait falloir éviter le retour de bâton ou plutôt de boue... Petit mouvement de brasse vers la gauche puis vers la droite, suivi d'un piqué dans l'eau, afin de disparaître quelques secondes pour réapparaitre un peu plus loin sur le bord de la berge.


[Campement Bourmont & Cie: les petits poissons dans l'eau, nagent, nagent, nagent *]

Ahhhh diantre qu'elle était bonne cette eau de la rivière, qu'elle était rafraîchissante et qu'il était plaisant d'éclabousser fortement une ex reprise de justice, esclavagiste de son état.

Faire la bombe à eau, sans barque de guerre et loin de la plaine de Péronne, était un exercice délicieux qui aurait eu une plus grande saveur si elle avait pu faire "dessaler" la baleine blonde de sa barque. Mais là, point de barque mais de grandes vagues provoquées par son saut élégant et gracieux, si, si, une baleine brune peut être élégante en pleine prise d'élan.

C'est son Arthur qui aurait été heureux de voltiger dans les airs avant de plonger tête la première dans la rivière. Mais ses enfants étaient trop petits encore pour l'accompagner dans ce genre de lointains déplacements.


Alors Dame Coxynel!!! A-t-elle bonne saveur l'eau languedocienne??? Je gage qu'elle doit être meilleure que le sable de la lice. Encore une petite louchée pour que tu gardes à jamais dans ta mémoire le goût de....

Pas le temps d'achever sa phrase que splashhhh et pof pof une poignée de boue atterrit sur son visage. Mordiouuuuu, l'ex bonbonnière, propriétaire d'une barque de guerre à roulette, allait payer ça... même si pour la peau, les bains de boue sont effectivement recommandés.
Sous les éclats de rire de son amie, Hersent, digne dans l'adversité, telle une figure de proue hiératique, ôta doucement la boue de son visage, trempa ses mains dans l'eau pour le rincer abondamment, tout en observant, l'air de rien, la retraite prudente de sa comparse blonde vers la berge
:

Ouais... paraît que c'est excellent pour la peau... petit sourire malicieux éclairant le visage avant de plonger comme un canard dans le courant et disparaître à la vue de son amie.

Mmmmm... le courant caresse son corps chemisé de lin, l'emporterait certainement plus en aval si elle ne luttait pas afin de se rapprocher de son "ennemie". Quelques petites brasses sous l'eau, yeux ouverts pour distinguer une paire de pieds blancs, approche en mode prédateur silencieux, heureusement que le lin lui colle à la peau, ainsi il ne flotte pas en surface pour signaler sa présence.

Les pieds sont tout près, tout près, elle expire quelques bulles d'air avant de passer à l'attaque en se saisissant brusquement de ladite paire et en la tirant de toutes ses forces vers elle.
Se redressant hors de l'eau, agrippant avec force les pieds de Coxynel, Hersent, triomphante, riant aux éclats, ruisselante de gouttelettes, lui clame
:

Et une ronde vive dans l'eau??? Au milieu des vagues et des algues... c'est aussi excellent pour la détente des muscles fatigués par long voyage à cheval!

Et voilà la brune champenoise en train de faire tournoyer dans l'eau la blonde sénonnaise, chef de port à Troyes, tout en chantonnant:
les petits poissons dans l'eau, nagent, nagent, nagent, nagent, les petits poissons dans l'eau nagent nagent aussi bien que les gros*.


Seigneur, comme ça faisait du bien de rire un peu et de faire les pitres dans l'eau... après tout, vu ce qu'elles avaient vécu toutes les deux, elles méritaient bien ces instants hors du temps, loin des soucis et contraintes de leurs charges.

[hrp]* extrait d'une chanson enfantine bien connue faisant partie du patrimoine génétique de tout petit enfant^^[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Jeu 23 Aoû - 19:05

[Campement Bourmont & Cie: le cercle s'aggrandit]


Elle avait reçu une misive de Massire Ersinn, ancien connétable de Lorraine qu'elle avait côtoyé et appris à apprécier lors de leur rencontres professionnelles: il arrivait aux joutes mais sans tente aussi lui demandait-il de se joindre à son campement.

Bien entendu, elle avait accepté et l'avait immédiatement répondu pour lui dire qu'elle l'attendait, avec sa compagne et son page... et son matériel et sa mirabelle, en tant qu'invités de la Dame de Maizières et de Vignory. Après tout la tente ducale était plus que vaste et trois personnes en plus ne gêneraient pas.
Par contre, pour que la petite troupe lorraine les trouve dans la foule, il fallait planter au moins un des étendards... elle sortit le sien et le fit installer en bordure du campement




Elle espérait que Messire Ersinn repèrerait l'emblème.



Coxynel a écrit:
[Campement Bourmont & Cie : L'Empire contre-attaque]

Je barbote.
Tu barbotes.
Nous barbotons.

...

Ils vont barboter !


La vengeance de la brune, qui compte pas pour des prunes, n'avait pas tardé... Attrapage de pied en règle pour la faire basculer. Coxynel s'affale dans l'eau. Et voilà une blonde qui tournille dans l'eau. En fait c'est plutôt drôle alors elle se laisse faire jusqu'à en avoir la tête qui tourne. Elle savoure l'ivresse que cela procure.

Au bout de quelques minutes, elle se redresse un peu restant assise dans l'eau - attendant que l'hélicoptère dans sa tête s'arrête - pour regarder très sérieusement Hersent.


C'est calme sur le camp. Ils font tous la gueule ou quoi ? Ca te dit d'aller les enquiquiner un peu ?

... sans commentaire.
Elle est loin de chez elle, loin des tracas habituels. Pour une fois, elle a laissé la tristesse, qui l'habite depuis plus de 8 mois maintenant, en Champagne alors elle compte bien en profiter. Et puis la dernière fois qu'elle s'était baignée, elle était encore enceinte et le but n'était pas vraiment de nager mais de...
Bref...
Pour une fois, elle pouvait bien essayer de profiter de ce moment...

Coxynel se rapproche d'Hersent pour lui chuchoter - sait-on jamais, faut être discret - un plan.


On pourrait les arroser ou bien leur étaler de la boue. Qu'en penses-tu ? On pourrait s'allier contre le reste du camp ? Ou alors on les traine jusque là et on les jette dans l'eau tout habillé.

Et de sourire à son amie en attendant le verdict.


Ersinn a écrit:
- Sire, vous oubliez votre lance.

Vêtu d'une armure légère, Ersinn était juché sur son cheval, sur le départ. Sans un mot, il se contenta de tendre la main, afin que son serviteur lui remette son arme de joute.
Une nouvelle fois perdue dans ses pensées, un silence inconfortable s'installait petit à petit dans la cour centrale du château d'Aingeray, où les derniers préparatifs et les dernières vérifications se faisaient. Reprenant ses esprits, il jeta un coup d’œil distrait vers son valet d'arme, le gratifiant finalement d'un sourire.


Voilà, je l'ai. Hum..
Nous devrions partir, peut-être bien. Arriver en retard ferait certainement mauvaise impression..


Un dernier regard vers la droite, pour s'assurer que sa bohémienne, nouvellement entrée dans sa vie, était bien prête pour le départ, puis vers la gauche, en direction des deux pages qui les accompagneraient. A les voir partir ainsi, avec un équipement aussi léger, on peinait à croire qu'ils se rendaient à des joutes.. Tout cela n'était qu'un caprice du jeune lorrain, qui détestait s'encombrer lorsqu'il fallait voyager autrement que par un navire. Devoir suivre le rythme d'une charrette l'exaspérait au plus haut point, il en détestait le bruit et cela lui rappelait bien des mauvais souvenirs. Le voyage à cheval était bien plus rapide, et moins pénible, surtout lorsqu'on a rien à porter. Car malgré tout, Ersinn devait bien emporter quelques affaires. Une véritable armure, pour commencer, puis quelques provisions, pour la route, sans oublier un peu d'argent - mais là, c'était le Warenghien qui s'en chargeait -, oriflamme et étendard, et pour finir, bien évidemment, quelques bouteilles de mirabelle. Il allait tout de même, en quelques sortes, également représenter la Lorraine.
Ils étaient tous prêt, il était temps de partir.

Le voyage se déroula dans le calme, sans encombres, et ils parvinrent au Tournel après deux jours de chevauchée. Un campement, baignant dans une fiévreuse agitation, se dressait devant eux. Maintenant se posait la question, où allaient-ils pouvoir se reposer et déposer leurs affaires ? Ersinn avait été gracieusement invité à partager le campement de son amie, Hersent d'Ar Sparfel.. Ou plutôt, le contraire, il s'était invité, fort gracieusement toujours ! Elle avait tout de même accepté, et c'est bien pour cela qu'il avait emmené un peu plus de mirabelle que prévu.
Déambulant dans le vaste hameau, il soupirait déjà, à devoir subir l'empressement de toute la population, les bousculades, les rires, le bruit.. Il allait peut-être regretté d'être au cœur de tout cela, tant il détestait le désordre de nature humaine. Fort heureusement, après un long moment d'immobilisme - ces impolis ne laissaient même pas les chevaux avancer correctement ! -, il avisa une femme portant un étendard hors d'une vaste tente. Il ne lui fallait que quelques instants pour comprendre de qui il s'agissait. Mettant pied à terre, le mors à la main pour que son destrier suive, il s'approcha d'elle tandis qu'Hersent plantait son fanion à terre, pour la saluer. Les véritable remerciements, au nom de la mirabelle, viendraient plus tard !


Dauna Hersent ! Ma chère amie.. Quel plaisir de vous revoir enfin ! Est-ce ici que nous allons partager joutes et convivialité ensemble ? C'est bien.. Promène son regard autour de lui, puis se concentre de nouveau sur la champenoise, avec un large sourire. Je me dois encore de vous remercier d'avoir accepté, c'est très aimable. Je vous le rendrais, si j'en ai un jour l'occasion. De toute façon, il faut bien que vous veniez en Lorraine un jour.. En attendant, vous vous contenterez du petit coin de Lorraine que je représenterais, ici, sans oublier que je n'ai certainement pas oublié d'emporter avec moi notre divin breuvage..


Dernière édition par hersent le Sam 25 Aoû - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Sam 25 Aoû - 13:08

Les éliminatoires:

Pfff... je tombe contre ma Suzette!




[Devant le tableau d'affichage]

Les crieurs s'étaient époumonés dans tout le campement pour annoncer le tirage des éliminatoires.

Hersent et Coxynel, encore ruisselantes de leur bataille aquatique, dressèrent l'oreille immédiatement, remettant à plus tard le complot qu'elles avait ourdi afin d'apporter un peu de jovialité dans leur campement.

Tirage au sort entre les deux naïades afin de savoir laquelle des deux quitterait le petit coin de verdure et d'onde fraîche pour aller aux nouvelles. Un caillou ramassé sur la berge fit l'affaire et plouf, plouf... la brune gagna le droit de lire les noms des heureux participants au débrouissallage de la Lice.


C'est en maugréant que Hersent du s'engouffrer dans la tente, la chemise de lin mouillée étant devenue fort indécente, pour s'habiller et sortir à la pêche aux informations. Comme il faisait une chaleur à mourir, elle enfila sa robe légère "champagne" et joua des coudes jusqu'au panneau des annonces.
Et là... horreur, malheur... elle n'y coupait pas aux éliminatoires et par-dessus le marché, elle jouterait contre son amie Suzette, la mesnie Bourmont s'affronterait dans un duel qui se voudrait sans merci mais qui ne serait pas sans douleur. Suzette, son ancien sergent, sa filleule... pffff mais quelle poisse!
Elle regarda si elle voyait un autre nom de leur équipée sauvage: ahhh, le Duduc Kelso aussi jouterait parmi les premiers, ainsi que la vicomtesse. Misère... trois champenois... non quatre en comptant Messire Aimelin, seraient en lice bientôt. Elle ne s'en faisait guère pour l'ancien connétable qui était un remarquable jouteur, il passerait ce tour d'échauffement sans souci. Par contre... les trois autres... il ne leur resterait plus qu'à prier. Au pire ils seraient deux à se retrouver au tour suivant... au mieux... trois.

C'est la mine dépitée qu'elle revint au campement, les mèches collées par la sueur, annonçant les duels qui concerneraient leur groupe
:

J'ai l'honneur et la joie de vous annoncer qu'il y aura duel entre Suzette et moi! Franchement, si je tenais celui qui a procédé au tirage au sort... grrrr... je lui ferais manger ses bouts de parchemin!

Sinon, le duduc de Rosnay joutera contre un seigneur inconnu, Messire Bernard de Padirotte, seigneur d'Epalais. La vicomtesse joutera contre un sacré morceau, Lanfeust de Troy, duc consort du Bourbonnais-Auvergne!!
Coxynel, Klouska et Val sont de vraies chanceuses!!! Elles évitent ce maudit tour de chauffe, tssss.
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Sam 25 Aoû - 17:52

Citation :

    Quatorzième affrontement, nouveau duel cent pour cent féminin et cette fois-ci cent pour cent champenois. Suzette de Florensac, dame de Pars-lès-Chavanges et Hersent d'Ar Sparfel, dame de Maizières & de Vignory se présentent sur la lice.




    Première passe... Sans attendre, Hersent lance les hostilités! Réagissant sans perdre de temps à l'afaissement des drapeaux, elle s'avance, abaisse sa lance, touche et brise! L'avantage est total même si Suzette reste en selle, celle-ci manque d'ailleurs sa cible.

    Deuxième passe... Le rythme diminue d'un cran. Si les deux Champenoises ne se font pas prier pour s'élancer à nouveau, en revanche, elles peinent à se montrer précises : aucune ne touche.

    Troisième passe... La dame de Pars-lès-Chavanges doit prendre ce nouveau passage à son compte pour au moins espérer rester dans la course. A l'image de son adversaire lors de la première passe, elle se montre résolue et efficace, elle touche cette fois la targe de la dame de Vignory et brise sa lance. Hersent, elle, connaît moins de succès en se manquant totalement et en finissant même au sol. La chute sera anodine, la Champenoise ne souffre d'aucune blessure.


    Par chute de son adversaire, la dame de Pars-lès-Chavanges est déclarée vainqueur!



Punaise de punaise et de crotte de bique tiens ! Satané tirage au sort qui la fait combattre son amie et filleule Suzette, ex Louve de son état, comparse de Bourmont... duel fratricide sous le soleil du Languedoc.

Les trois lances avaient été vérifiées et re vérifiées par son écuyère et amie Wendy, tout comme cette dernière avait soigné et apprêté avec attention Korrigan, son fidèle frison.L'armure griffée Klouska était rutilante... vraie boîte de conserve où elle serait très rapidement en sueur et rougeaude comme dans une marmite sur le point de sauter hors du feu.

Mais , même si les joutes n'étaient pas un défilé de mode, jamais la d'Ar Sparfel jouterait sans sa tenue en acier et tissus des Doigts d'Or, on était fashion ou on ne l'était pas, on était accro de la mode ou pas.

Elle avait hésité quant à la coiffure, délirante ou pas, mais devant le regard courroucé de son amie, elle avait opté pour sa tresse traditionnelle, plus facile à glisser sous le heaume que des couettes délirantes. Et puis, une fois le heaume mis, foin des coiffures, n'est-ce pas.

Wendy l'accompagne sur la lice, l'aide à prendre son heaume, se tenant prête à lui passer la première lance.

Angoisse qui noue l'estomac : c'est la première fois qu'elle joutera contre une amie proche, contre quelqu'un de la Maison Bourmont. Elle approche Korrigan du cheval de Suzette, salue son adversaire du jour
 :

Ma Suze... qu'avons-nous fait à Aristote pour devoir nous affronter ainsi ?? Quelle ironie du sort : la marraine contre la filleule, tssss franchement, à part le duduc qui doit être ravi de ce duel, peu parmi notre mesnie doivent être souriants.
Suzette...quel que soit le résultat, même si tu me fais mordre le sable, je ne t'en voudrais pas : l'honneur de Bourmont sera sauf en plus de celui de ton épouvantable tyran de suzerain.


Elle éclate de rire puis donne une bourrade amicale à sa Suze : que la meilleure gagne, avec Force et Honneur car n'oublie pas ma Suze, Louve un jour, Louve toujours !

L'Ar Sparfel fait virevolter sa monture pour prendre place en bout de lice, elle sourit à sa comparse, cherche rapidement des yeux les membres du campement Bourmont & cie, les aperçoit et se sent rassurée. Elle met murmure à l'oreille de son frison leur phrase consacrée Le vent nous emportera où qu'on aille vers la victoire ou la défaite, mais avec honneur, war-arok Korrigan! Puis met sont heaume et se saisit de la première lance, et fait signe à l'arbitre qu'elle est prête au duel.

Et c'est parti comme sur un champ de bataille : fracas des sabots sur le sable qui virevolte en mottes légères, elle fixe l'écusson de son adversaire et à l'instinct frappe très fort à en briser sa lance... hélas sans pouvoir désarçonner sa Suzette qui manque totalement sa cible... ouf !

Retour en bout de lice où Wendy lui donne une seconde lance, moment de concentration malgré la chaleur qui commence à grimper sous le chef d'acier et les protections de fer... pour sûr qu'à la fin elle finira rouge comme un homard... bisque bisque rage ??? peut-être, sûrement, s'il s'avère qu'elle perde ce duel, parce qu'elle est un brin mauvaise perdante la Hersent, mais juste un brin, minuscule brin.

Allez, deuxième passe, on se concentre Hersent, on a la victoire au bout de cette satanée lance, hein ! Mais diantre, quelle chaleur, faut dire que passer en quatorzième position, ça a laissé le temps au soleil de grimper haut et de darder ses impitoyables rayons sur les armures.

Aussi, est-ce en galopant un peu mollement que les deux Bourmontoises se croisent en ne se touchant pas... délicat ballet de ferrailles, de renâclements, de cris et de sabots. Bon, si ce n'est pas pour cette fois, ce sera pour la dernière passe, nom d'un artigot !

L'Ar Sparfel se repositionne, maintenant fermement sa lance, toisant, cachée derrière sa visière, son ex Louve, Korrigan piaffe d'impatience, se rue en avant lorsqu'elle le talonne pour foncer sus à l'ennemi mais, las ! Trois fois las ! Suzette a repris du poil de la bête, du coup légèrement déconcentrée, Hersent lève un peu la tête et...grossière erreur, se retrouve une fraction de seconde éblouie, plus qu'il n'en faut pour ne pouvoir échapper au choc de la lance adverse sur son écusson.

Patatras!, elle a bien tenté de garder son assiette, mais un mouvement brusque dans la foule, combiné à l'éclat intense du soleil, provoquent un écart chez son frison qui manque de se cabrer et termine par un écart qui l'envoie à terre... et pouf ! Je vous le donne dans le mille... le nez dans le sable ! Enfer et damnation, bis repetita, ras le casque de devenir une spécialiste du goûtage de sable de lice.

Bon, celui-là a la saveur douçâtre du Lot qui coule près du campement, nettement plus croquant que le sable crayaux du Val de Loire. N'empêche qu'elle a perdu l'Ar Sparfel et elle peste intérieurement, elle râle même, pardi ! Qui aime perdre, hein ?? Même contre une personne chère ?

Donc, Hersent se retrouve le nez dans le sable, parvient à se redresser et aidée par Wendy, se libère de ses gantelets , son heaume ayant voltigé plus loin suite à la chute. L'essentiel est de n'avoir que son orgueil blessé : pas de chairs entaillées cette fois, uniquement des bleus en perspective.

Elle claudique, ben faut bien culpabiliser la Suzette quand même sinon ce ne serait pas drôle, vers son adversaire pour la féliciter 
:

Bravo ma Suze, tu as failli envoyer ad patres ta marraine et ton ex Capitaine... beau tableau de chasse, n'est-ce pas ? Et hop culpabilité ronge le cœur de la filleule ! Plus sérieusement, ma belle, félicitations et surtout va le plus loin possible dans ce tournel... pour Bourmont, pour la Champagne, et accessoirement pour ton suzerain, le tout avec Force et Honneur !

Tu crois que nous avons mérité une petite coupe de champagne bien frais ??? Ou alors un verre de mirabelle, apportée par mon invité lorrain ???

C'est en papotant et en riant que les deux champenoises, leurs montures tenues par le licol, regagnèrent leur campement pour un décarapaçonage et un décrassage bien mérités.


Dernière édition par hersent le Lun 27 Aoû - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Dim 26 Aoû - 14:45

[La cérémonie religieuse, le matin des joutes... l'église en plein air]

Le campement avait enfin été installé, et pas grâce à la Dame d'Ussy/Maren, ancienne reprise de justice, mais toujours esclavagiste, tssss... franchement quelle honte! Cela aurait mérité un bon petit séjour au cachot, tiens!
Au final, point de nuit à la belle étoile, tout le monde avait trouvé sa place sous l'immense toile ducale, mais vu combien, elle avait pesté contre les servants et contre son amie Coxynel qui barbotait pendant que d'autres s'activaient à faire la conversation avec les uns et les autres, il devenait urgent de se laver de ces péchés, certes véniels, mais péchés quand même, en assistant à la messe.
Hersent, levée tôt, mauvaise habitude des gardes interminables sur les remparts de Compiègne, s'habilla prestement, après ses ablutions matinales, d'une robe légère en lin, vert amande, dotée d'une ceinture d'un vert plus profond. Elle avait noué sa chevelure de jais avec un lien de soie... vert bien entendu et ... oublié de se chausser... tant pis, cela ferait plus pénitente vu tous les gros mots qu'elle avait dits la veille.
Elle se glissa dans l'assemblée et récita avec les autres
:

Je confesse à Dieu Tout Puissant
A tous les Saints
Et à vous aussi, mes amis,
Parce que j'ai beaucoup pêché, en parole, en pensée, en action.

Je supplie tous les Saints, et vous mes amis
de prier Le Créateur pour moi.
Que le Très-Haut nous accorde le pardon, l'absolution
Et la rémission de tous nos pêchés.


En son for intérieur, elle priait aussi pour éviter ses fameuses "bêtes noires" , le Chevalier de Jeneffe et le duc de Chateaurenard. Elle se dit qu'avec un peu de chance, elle pourrait aussi passer le cap des 8ème de finale: elle était certaine qu'en quart de finale et en demi-finale, le goût du sable de la lice n'était pas le même!
Elle se reconcentra sur la cérémonie religieuse malgré l'herbe qui lui chatouillait les pieds de manière délicieuse.


[Quelques temps plus tard...toujours en pleine messe]


Les pieds toujours chatouillés par l'herbe humide de rosée, elle répondit au salut d'une des "bêtes noires" préférées... le Licorneux Guillaume de Jeneffe... elle entonna, à l'unisson des fidèles, le Credo, espérant ainsi éloigner la possibilité d'un duel contre le Chevalier qui lui faisait toujours grâce de l'envoyer mordre la poussière:


Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.
Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.
Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.
Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

AMEN
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Mer 29 Aoû - 16:41

La course du Tournel


La carte du parcours de la course:




Citation :
Chères amies, chers amis, j'espère que votre nuit a été paisible et votre sommeil revigorant. Car vous allez en avoir besoin ! Taquin le Comte ? Assurément. Je vous rappelle le principe. Vous serez réunis en équipe de trois. Dans un premier temps, il s'agira de ramer en groupe jusqu'à l'orée du bois de l'Ase où vous attendent des chevaux. La deuxième partie se disputera individuellement, chacun montera en selle et s'efforcera de rallier l'arrivée au plus vite. La première équipe dont les trois membres auront franchi ce pont, aura gagné. Ne vous inquiétez pas, vous ne pouvez pas vous perdre, des personnes ont été disposées tout au long du parcours et le chemin à suivre est indiqué par des bornes temporaires. Vous les reconnaîtrez sans peine, ce sont des troncs sur lesquels ont été peints de grandes croix blanche. Bien, je ne vais pas vous faire attendre plus longuement, vous devez trépigner d'impatience. Un petit rire malicieux vint ponctuer ces mots. Le Mendois contourna alors la table et glissa prudemment sa main dans la jarre. Ses doigts mélangèrent un peu les morceaux de vélins et en saisirent trois.

Ceux-ci furent tendus à Joan qui annonça. Castelreng fera équipe avec Adeline et Lisbelle. Le Comte renouvela le rituel et trois nouveaux noms furent déclamés. Louis Track sera accompagnée par Mélisende et Gabrielle. Ainsi, se poursuivit le tirage, à chaque fois, trois petits parchemins étaient retirés de la jarre puis tendus à l'intendant qui prenait la parole. La formation suivante sera composée de Reinemab, de Guillaumain et de Boulie... Marieline, Perrinne et Wendoline seront réunies pour cette épreuve... Vanyel devra ramer aux côtés de Semrehymh et de Margot... Isora, Cebyss et Boudicca seront associées... Mélusiane, Celenya et Louise tâcheront de remporter la victoire... Ella sera aidée par Boulga et Coxynel... Swan, Hersent et Kahhlan formeront l'avant-dernière équipe... Ingeburge, Ellesya et Seth seront finalement associés. Oui, l'intendant avait déclamé sans distinction de rang. A sa décharge, il n'avait pas prévu de devoir annoncer les noms lui-même. Quant à son maître, son enthousiasme était trop important pour qu'il s'en offusquât. L'amusement avant tout et pour cette épreuve, tant pis pour l'étiquette.



Swan a écrit:
Un petit attroupement se formait autour du plan de la course. Un homme bien apprêté arriva, Certainement le Comte, suivi d'un serviteur visiblement. L'homme prit la parole, encourageant les participants qui en auraient certainement bien besoin.

Le tirage au sort se fit alors et les noms défièrent jusqu'à ce qu'elle entende le sien, suivi de deux autres noms.


Swan, Hersent et Kahhlan formeront l'avant-dernière équipe...

Bon, ne restait plus qu'à trouver les deux autres qu'elle ne connaissait pas le moins du monde. Son oncle la salua et elle lui rendit son salue avec un sourire qui voulait dire « Pas de quartier tonton, je vais te rétamer ! » Elle le regarda s'éloigner et se concentra sur la façon de trouver ses coéquipières.

Bin la façon la plus simple et surtout la plus rapide, était de brailler. Pas très discret pour une fille, mais notre petite voleuse n'en avait rien à faire. La discrétion serait pour plus tard.

Elle chercha du regard quelque chose sur quoi grimper et s'y dirigea droit dessus. Un des tonneaux de la réserve du dit Joan ferait parfaitement l'affaire. Elle sourit à l'homme avec son sourire d'ange innocent et grimpa sur le tonneau. Se raclant la gorge, elle leva les bras et beugla.


J'suis Swan et j'cherche mes compagnons d'course ! Hersent et Kahhlan si j'bien entendu ! 'lors faites moi signe s'vous plait !!

Elle resta perchée sur son tonneau un petit moment attendant un mouvement ...


Le tirage au sort avait été effectué dans les règles de l'art et Hersent eut la bonne surprise, merci Coxynel! tu me revaudras ça, non seulement d'apprendre ainsi qu'elle participait à la course du tournel mais qu'en plus elle ne ferait pas équipe avec ses amies.

D'un côté c'était amusant de faire connaissance avec d'autres personnes, cela changeait de son petit univers.

Hersent se dirigea vers le panneau d'affichage et y lut le nom de ses coéquipiers: au moins, elle en connaissait une, Dame Kahhlan, qu'elle avait récemment croisée à Compiègne. Au moins, vu l'humour de la jeune femme, l'équipe aurait mille occasions de rire et de se gausser d'elle-même et/ou des autres.

Tandis qu'elle tentait de repérer Kahhlan dans la foule, elle entendit crier son nom puis celui Kahhlan
:

Citation :
J'suis Swan et j'cherche mes compagnons d'course ! Hersent et Kahhlan si j'bien entendu ! 'lors faites moi signe s'vous plait !!

Elle se retourne et voit une jeune femme perchée sur un tonneau. Aussitôt, elle lui fait signe et crie:

Damoiselle Swan!!!! Je suis là! Houuuhouuu! Je vous rejoins, ne bougez surtout pas que je ne vous perde pas de vue.

Et de jouer des coudes pour parvenir jusqu'au tonneau... et de croiser son amie Wendoline, à qui elle claque une grosse bise sur la joue:

Ben Wendy!! Tu participes aussi à la course! Je ne le savais tout comme j'ignorais que Coxynel m'avait inscrite. Avec qui fais-tu équipe? Moi je suis avec la jeune fille perchée sur le tonneau.




Swan a écrit:
Elle scrutait du haut de son tonneau, tout le monde qu'il y avait et il y en avait, c'était peu de le dire. Elle vit passer son oncle et une amie de celui-ci qu'elle avait rencontré en Champagne, dame Wendy. Mains en visière sur ses yeux, son regard fut attiré par une femme qui, visiblement lui faisait des signes !

Damoiselle Swan!!!! Je suis là! Houuuhouuu! Je vous rejoins, ne bougez surtout pas que je ne vous perde pas de vue.

Ah bin oui, c'était pour elle. Une de trouvée, restait plus que la dernière personne maintenant et l'équipe serait au complet.

J'bouge pâ, j'attends 'core l'autre personne !

Ah bin en parlant de Wendy, sa coéquipière venait de lui tomber dessus et elle lui fit un petit signe de la main.




Kahhlan a écrit:
Elle avait dit qu’elle participerait … Et ce n’est pas la chute de la veille aux éliminatoires contre sa Valentine de cœur et les courbatures qui en auront suivis qui la feraient renoncer … tsssss taratata !

Erf, les participants se tenaient presque tous là, au vu du nombre important de paires de jambes de têtes blondes, brunes , ou rousses et du brouhaha qui s’en suivait …

Vêtue pour l’occasion à la garçonne, cheveux fermement tressés, elle allait s’approcher pour connaître l’identité de ses coéquipiers lorsqu’elle entendit ….


J'suis Swan et j'cherche mes compagnons d'course ! Hersent et Kahhlan si j'bien entendu ! 'lors faites moi signe s'vous plait !!

Voix inconnue mais le nom de Hersent fit naître un sourire malice que son visage … tiens tiens tiens , une heureuse coïncidence qui leur permettrait de rire encore .. elle n’avait plus qu’à espérer que la troisième personne, celle à la voix de ténor soit aussi d’humeur joyeuse.

Puis une autre voix lui fit tourner la tête en sa direction ..

Damoiselle Swan!!!! Je suis là! Houuuhouuu! Je vous rejoins, ne bougez surtout pas que je ne vous perde pas de vue.


Sourit amusée au moulinet élégant et à son tour s’époumona mains en porte-voix et d’un moulinet de bras tout aussi ravissant …


Hé hooooooo, Ho héééééééééé Dame Hersent ! J’arriveeuuuuuuuu !

Presser le pas pour se trouver quasiment ensemble devant l’estrade tonneau s’excusant de çi de là au passage ..
Relevant le bout du nez ensuite ..


- Moi c’est Kahhlan dame , je suppose donc que vous êtes Swan puisque Dame Hersent se tient là et que je la reconnais pour le sur .
Mimique amusée ..
- On va peut-être se passer de l’appellation de « Dame » pour la course si vous voulez bien, car je risquerai bien d’en oublier quelques-uns en cas "d’urgence je me noie " …



Swan a écrit:
Toujours perché sur son tonneau, elle attendait sagement, pour une fois que la deuxième personne se manifeste et ce ne fut pas très long. Son oreille fut attirée par le nom d'une de ses coéquipières, qui en toute logique était donc la première qui lui avait parlé.

Hé hooooooo, Ho héééééééééé Dame Hersent ! J'arriveeuuuuuuuu !

En tout cas que ce soit l'une ou l'autre, elles n'étaient pas piquées des vers. Au moins de ce côté-là, elle serait un peu plus à l'aise que si elle était tombée avec des mal embouchés ! Les voir arriver vers elle était assez comique. Les voir jouer des coudes était plaisant surtout que du monde, maintenant il y en avait.

Elles arrivèrent enfin devant le tonneau où elle était toujours perchée.


- Moi c'est Kahhlan dame, je suppose donc que vous êtes Swan puisque Dame Hersent se tient là et que je la reconnais pour le sûr.

Elle les salua d'un signe de tête et sauta agilement de son promontoire. On pouvait remarquer aisément qu'elle était à l'aise dans son saut. Pour sûr qu'elle l'était puisque s'amusait sur une corde tendue entre deux arbres sur une petite hauteur. Certes, depuis qu'elle avait quitté le groupe de son oncle, elle n'était pas remontée sur une corde, mais les réflexes et l'agilité restaient.

Oui, j'suis Swan. 'Chantée d'vous connaitre !

Elle sourit amusé. Elle dépareillait assez des deux autres femmes. Elle, faisait beaucoup plus ... « Sauvageonne », ce qui était le cas. Bien que Kahhlan soit vêtu comme elle de braies, les siennes étaient de qualité médiocre, même s'ils étaient en très bon état. Elle mettait quand même un point d'honneur à être vêtu correctement, ne serait-ce que par égard pour son père adoptif. Elle avait même une très belle robe que lui avait offert ce dernier, mais là, elle ne l'avait pas sorti pour être plus à l'aise.

- On va peut-être se passer de l'appellation de « Dame » pour la course si vous voulez bien, car je risquerai bien d'en oublier quelques-uns en cas "d'urgence je me noie " ...

Son sourire s'agrandit et elle hocha de nouveau la tête.

Si c'vous pose pâ d'problème, c'me va. J'suis pâ contre.

Comme elle n'avait pas été voleuse toute sa vie, bin non fallait pas croire quand même, elle connaissait les bonnes manières et respectait un certain protocole en ce qui concernait la politesse. Elle parlait avec accent à vous arracher les cheveux, mais elle était polie quand elle s'adressait à une personne de rang plus élevé. Que voulez-vous, l'éducation de ses vrais parents irlandais était assez stricte ...

D'un mouvement du bras, elle leur montra les barques.


P't'être qu'on pourrait aller vers les barques et s'y installer ? Est-ce que vous savez ramer ?


[Equipe des ondines en formation prête pour la conquête du Lot!]

Pour l'occasion, elle avait revêtu sa tenue d'amazone , cuissardes bien ajustées pour y dissimuler sa dague... au cas où un monstre venu du tréfonds du Lot sorte la tête de l'eau, hein^^, corset léger et fine chemise de lin blanche échancrée pour être à l'aise.

Elle était parée à toute éventualité, et ses longues bottes permettraient d'aller dans l'eau sans trop se mouiller s'il fallait pousser la barque.

Donc grands moulinets, gracieux, tresse noire s'agitant, pour montrer à Swan qu'elle était là.

Et hop, un autre cri, une voix connue à son grand soulagement, se fait entendre derrière elle, et les voilà toutes les deux à jouer des coudes presqu'ensemble pour arriver devant le tonneau sur lequel était juchée le dernier membre du trio.


Bonjour, bonjour !! Dites donc Kahhlan, vous devez avoir des choses à raconter depuis que nous nous sommes croisées en taverne. Avez-vous des nouvelles du beau Smurf ???.
Enchantée de même Swan de faire votre connaissance.Et appelez-moi Hersent, hein, comme ça c'est moins guindé.


Elle regarde discrètement l'allure de la jeune femme du tonneau et se dit que son visage ne lui était pas inconnu... sans doute l'avait-elle croisée lors de ses gardes au Guet Royal dans une ruelle parisienne. Elle décida de taire l'envie brûlante de lui poser la question et se concentra sur la course à préparer : première phase... la course en barque.

P't'être qu'on pourrait aller vers les barques et s'y installer ? Est-ce que vous savez ramer ?

Si elle savait ramer ??? Euh oui... elle avait de l'entraînement dans une barque de guerre... à roulettes qui les avaient menées, elle et Coxynel sur la plaine de Peronne.

Hochement de tête à la proposition, elle qui donnait toujours des ordres, tiens ça la reposait de ne pas prendre l'initiative !

Oui excellente idée Swan, allons voir où se trouve notre barque. Quant à vous dire si je sais ramer, disons qu'avec une amie, qui m'a voulu grand bien en m'inscrivant à cette course, j'ai ramé sur une barque de guerre, mais ne riez pas hein !, à roulettes.

Je m'explique^^ pendant la guerre contre l'Artois, mon amie Coxynel a construit une barque de guerre à roulettes pendant les longs moments d'attente entre deux batailles.

Ben oui, on s'ennuyait comme des rats morts alors on tentait de s'amuser d'où l'idée de la barque de guerre à roulettes qui nous fut bien utile sur la plaine de Péronne ! Bref, je m'égare et je bavarde... comme d'hab'. Donc... euh... oui... on peut dire que je sais ramer.


Elles arrivent au bord du Lot où sont disposées les barques, Hersent ne peut s'empêcher de remarquer que le courant est vif, que les méandres point larges et qu'il doit bien y avoir quelques cascades bien traîtres planquées au détour d'un amas de rochers !

Si j'ai bien compris comment se faisait le commandement d'une embarcation, le guide se met à l'arrière, c'est le chef de bord j'crois bien même^^. Et puis les deux autres suivent les consignes, est-ce cela ?
Alors qui qui est proclamée cheftaine ??? Je vous dis tout net que moi je ne veux pas... suis chef tout le temps à la caserne ou à l'Etat Major champenois, alors aujourd'hui... vacances !!!


Et de se mettre à rire aux éclats car vraiment, elle avait l'impression d'être en vacances.

Et pour une fois, j'exécuterai les ordres. Mais, future cheftaine...est-ce qu'on aura le droit de râler et de ronchonner pour rire ? Parce que exécuter un ordre sans râler ce n'est pas marrant ! Par contre, je vous propose une chose les filles : puisque nous serons l'avant-dernière équipe à partir, observons-bien la manière dont nos concurrents aborderont le premier méandre après le pont.

Elle était impatiente de s'embarquer pour cette aventure complètement loufoque, venant de perdre aux joutes dès le premier tour contre sa comparse de Bourmont, elle avait besoin de se changer les idées et de boire la tasse eu lieu de bouffer du sable.

Qu'est-ce qui était le mieux d'ailleurs : boire sans le vouloir l'eau du Lot où des tas de trucs bizarres sont en suspension, ou d'avoir des grains de sable poussiéreux à craquer sous les dents ?? L'avenir proche le lui dirait... et puis elle savait nager... au moins ça de gagner ! Ce qui lui fit tout de suite penser à demander à ses coéquipières d'un jour :


Dites les filles ??? Rassurez-moi... vous savez nager, n'est-ce pas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
hersent
Admin
avatar

Messages : 2079
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   Ven 31 Aoû - 12:32

La course... suite:




Swan a écrit:
[Equipe Swan, Kahhlan et Hersent]


Retrouvailles visible des deux femmes qui lui servaient d'acolytes pour la journée. Les présentations maintenant faites, un sujet délicat fit son apparition. La répartition des tâches. Qui ramait et guidait ! Pour sa part, elle savait ramer. Un irlandais digne de ce nom savait ça.

Oui excellente idée Swan, allons voir où se trouve notre barque. Quant à vous dire si je sais ramer, disons qu'avec une amie, qui m'a voulu grand bien en m'inscrivant à cette course, j'ai ramé sur une barque de guerre, mais ne riez pas hein !, à roulettes.

Je m'explique pendant la guerre contre l'Artois, mon amie Coxynel a construit une barque de guerre à roulettes pendant les longs moments d'attente entre deux batailles.

Ben oui, on s'ennuyait comme des rats morts alors on tentait de s'amuser d'où l'idée de la barque de guerre à roulettes qui nous fut bien utile sur la plaine de Péronne ! Bref, je m'égare et je bavarde... comme d'hab'. Donc... euh... oui... on peut dire que je sais ramer.


Tiens l'Artois, que de souvenir ... Enfin pas tous bon, mais quand même. Hersent avait bien de ne pas rire ? Bin la rouquine n'avait pas dû l'entendre parce qu'elle s'esclaffa sans retenue quand elle entendit le mot « roulette »

J'me défends pour ramer ! Vivre au bord d'la mer ça aide c'sûr !

Tout en parlant, elles étaient arrivées vers l'embarcadère où se trouvaient toutes les barques. Pour l'instant, l'eau était calme, mais ce ne serait certainement pas le cas tout le temps.

Si j'ai bien compris comment se faisait le commandement d'une embarcation, le guide se met à l'arrière, c'est le chef de bord j'crois bien même. Et puis les deux autres suivent les consignes, est-ce cela ?

Alors qui qui est proclamée cheftaine ??? Je vous dis tout net que moi je ne veux pas... suis chef tout le temps à la caserne ou à l'Etat Major champenois, alors aujourd'hui... vacances !!!

Et pour une fois, j'exécuterai les ordres. Mais, future cheftaine...est-ce qu'on aura le droit de râler et de ronchonner pour rire ? Parce que exécuter un ordre sans râler ce n'est pas marrant ! Par contre, je vous propose une chose les filles : puisque nous serons l'avant-dernière équipe à partir, observons-bien la manière dont nos concurrents aborderont le premier méandre après le pont.


La rouquine qui était du genre à être plutôt très expressive, resta sans bouger, à presque retenir sa respiration quand elle entendit qu'Hersent était chef d'une caserne voir plus, du duché de Champagne. Elle réalisa alors que la jeune femme qu'elle avait devant elle, n'avait pas percuté sur son nom et elle espérait bien que ça ne lui reviendrait pas en mémoire. Lors de son passage en Champagne avec son oncle, elle avait été listé et c'était même fait poutrer par une de leurs armées. Cependant, cela remontait à plusieurs mois alors elle n'allait pas se prendre la tête pour si peu, elle était là pour s'amuser.

Elle n'avait pas honte de ce qu'elle était, seulement ce n'était ni le lieu, ni le moment d'avoir ce genre de discussion !


Heu ... Bah disons qu'mon expérience en tant que guide est assez limitée. Mais bon, si vous n'avez pâ peur d'finir dans l'eau ...

Elle ne finit pas sa phrase et regarda Kahhlan. Si elle voulait diriger, cela ne lui posait aucun problème. Jusqu'à maintenant, elle avait toujours suivi les directives de son père et de son oncle, enfin sauf quand elle décidait de faire le contraire, mais ça c'était une autre histoire.

Dites les filles ??? Rassurez-moi... vous savez nager, n'est-ce pas ?

Petit sourire qui en disait long sur le visage de la rouquine.

Ouep j'sais nager !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedemaizieres.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joutes du Tournel du Languedoc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joutes du Tournel du Languedoc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prise du Languedoc
» [E10] J7 Languedoc-Roussillon - Auvergne
» [J5] 24 février Languedoc-Roussillon - Aquitaine: les matchs!!!
» AMBASSADE DU LANGUEDOC
» [S38-E5] Inscription pour la 7° J - Languedoc-Roussillon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seigneurie de Maizières et Vicomté de Vignory  :: Le parc :: Les RP :: les Joutes :: archives joutes 1460-
Sauter vers: